Accueil » Tag Archives: Ecologie

Tag Archives: Ecologie

Lettre écologique n° 9 : l’écologie subsidiaire

La nouvelle lettre écologique n° 9 de l’Institut Éthique et Politique Montalembert propose une réflexion sur l’écologie subsidiaire. La subsidiarité permet l’expression des convictions personnelles, permet le débat et l’identification de remèdes ou d’actions préventives des pollutions locales. C’est à tous les niveaux que se construisent les relations, l’autorité et la solidarité, qui permettent à chacun de contribuer pleinement au bien commun. Bonne lecture ! Pour lire la lettre voici le lien de téléchargement : IEPM_Lettre_ecologique_9.A4  

Lire la suite »

Lettre écologique n° 7 : « Du vert à la vertu »

La Lettre écologique nº 7 est consacrée à la thématique de la « croissance verte » et des liens entre économie et écologie. Du vert à la vertu ! Les deux concepts sont-ils liés ? Entre écologie et libéralisme, le divorce semble consommé. Mais est-ce si sûr ? De quel libéralisme parle-t-on ? Pourquoi ne pas réfléchir à ce que devrait être un « libéralisme éclairé ». Faute de cela, l’écologie pourrait devenir accusatrice et proposer des alternatives centralisatrices et liberticides. Pour lire la lettre voici le lien de téléchargement : Lettre écologique nº7

Lire la suite »

Lettre écologique n°6 : « Le prix de la Vérité »

Force est de constater que les problématiques écologiques sont souvent mal posées. Le fameux « trou de la couche d’ozone en est une bonne illustration. Cette lettre écologique n°6 de l’Institut Montalembert montre que les études s’interrogent aujourd’hui sur l’impact des cycles solaires sur l’ozone. Une analyse de Guardini, montre qu’il appartient à l’homme moderne de faire « un inventaire dépassionné » des débats des temps modernes. Cet inventaire rigoureux et patient est l’un des « prix de la vérité »   Lettre_ecologie_IEPM_6

Lire la suite »

Lettre écologique n° 5: « Pour une écologie et une démographie responsables »

La démographie, comme l’écologie, mettent en question l’action politique et la manière dont le progrès scientifique et technique contribue au progrès des sociétés humaines. Cette lettre écologique n°5 de l’Institut Montalembert prend du recul par rapport à une approche démographique malthusienne qui prévaut chez de nombreux responsables de notre temps.  » La démographie, comme l’écologie, mettent en question l’action politique et la manière dont le progrès scientifique et technique contribue au progrès des sociétés humaines. Cette lettre écologique n°5 de l’Institut Montalembert prend du recul par rapport à une approche démographique malthusienne qui prévaut chez de nombreux responsables de notre temps.   Lettre ecologique de l’IM- démographie n° 5

Lire la suite »

Lettre écologique N°3 : Repousser ses « limites », ou assumer sa « vulnérabilité » ?

Le thème des « limites » est abondamment repris dans les milieux sensibles à l’écologie. Or, le conseil pontifical « Cor unum » dit à propos de la Faim dans le Monde que « l’amour qui vient demeurer dans le cœur de l’homme, lui permet de dépasser ses limites et d’agir dans le monde en créant des structures du bien commun ». Ne serait-ce donc pas nos vulnérabilités qu’il faudrait assumer plutôt que des limites que « Cor unum » nous appelle à dépasser?   Pour Lire La lettre voici le lien de téléchargement :  Lettre ecologique de l’IM- n3 -nov 2017   Pour vous abonner : Adhésion 50 euros à envoyer IEPM, 54 rue Perronet 92200 Neuilly Sur Seine Bonne Lecture Le groupe de travail Ecologie de l’IEPM  

Lire la suite »

Lettre écologique n° 2 : « Entrer en révolte pour le bien commun »

Éditorial de Ludovic Trollé. L’institut éthique et politique Montalembert souhaite aider la « Société civile de convictions » à mieux porter son message politique ! Albert Camus écrivait : « Je crie que je ne crois à rien et que tout est absurde, mais je ne puis douter de mon cri et il me faut au moins croire à ma protestation. La première et la seule évidence qui me soit ainsi donnée, à l’intérieur de l’expérience absurde, est la révolte ». Cette révolte marque le « dépassement de l’individu dans un bien désormais commun », ajoutait-il En matière d’écologie, qu’est ce que le bien commun ?  Deux éclairages pour le définir : Le bien commun : la dimension sociale du bien moral Certes, il est des biens auxquels une société doit garantir un accès universel : l’eau, l’air qu’on respire, la sécurité des aliments produits. Une société qui n’y parvient pas dysfonctionne. Il est des biens écologiques qui sont indispensables : notre lettre cite des cas de pollutions qu’il faut éviter. Mais le bien commun ne se décline pas au pluriel. Ce n’est pas la somme de diverses mesures destinées à satisfaire le maximum d’inclinations individuelles. S’il en manque une, il faut l’ajouter. Le bien commun se conjugue au singulier. Il ne se …

Lire la suite »