Accueil » Tag Archives: Attente

Tag Archives: Attente

Dans l’attente, nous avons besoin de Livres « Habités »

Invitation à la lecture ! Nous éprouvons une véritable passion pour les « livres habités » où se déploie le génie de nos maîtres, ceux qui ont su exprimer avec profondeur l’aventure humaine et qui, ce faisant, ont témoigné de l’irréductible humanité de l’homme sans laquelle il n’est d’autre avenir que barbare. Aussi Faut-il insister sur l’importance d’une redécouverte de la métaphysique. Non la métaphysique abstraite, mais celle, vivante, dont Socrate est le porteur et le Christ l’illuminateur. Bien sûr, notre époque se loge à une tout autre enseigne, dira-t-on. Soulignons, que la philosophie moderne, en se refusant à regarder au-dessus d’elle-même, s’est condamnée à regarder en dessous, là où l’on s’efforce de justifier des révoltes qui nous appauvrissent. N’est-il pas courant d’entendre des intellectuels − journalistes, professeurs, artistes et experts en tout genre − affirmer que les valeurs traditionnelles sont dépassées et qu’il faut, pour avancer, les détruire ? Reconnaissons-le : Notre utilité sera d’être des éveilleurs, des vivants. Notre parole, doit être une parole de service, ouverte sur autre chose qu’elle-même, pour vraiment marqué le destin du plus grand nombre… Serait-ce que l’homme ne parle vraiment que lorsqu’il se situe bien au-delà de ce qu’il dit ? L’essentiel …

Lire la suite »

L’attente est la première forme de notre révolte

Chers amis, En cette rentrée de septembre, les difficultés auxquelles nous devons faire face, qu’elles soient personnelles (précarité, perte d’emploi, maladie, fragilité humaine, trouble existentiel, mal provoqué ou subi) ou collectives (crise économique, malaise social, confusion politique, incertitude internationale) sont si imposantes que nous pourrions finir par nous résigner à ne plus rien attendre. Pourtant, jamais comme en ces circonstances, les mots de DANTE – qui nous reviennent en tête- ne se sont révélés aussi évidents : » Chacun confusément conçoit un bien ou l’âme se repose et le désire; et chacun s’efforce à l’atteindre ». Mais quelle loyauté chacun de nous doit avoir pour reconnaitre cette attente et ce désir de bien ! Et ce qui rend cette reconnaissance plus difficile, c’est cette clameur sociale que nous concourons tous à engendrer par notre passivité complice. En fait,  » tout est unanime à nous passer sous silence, moitié comme une honte peut-être, moitié comme une indicible espérance »(RILKE). Chacun de nous sait très bien dans quelle mesure il contribue à cette situation inconfortable. Qui l’emporte ? Notre côté qui attend ou celui qui se contente? PAVESE nous donne un début de réponse, en saisissant en nous, comme personne d’autre, la persistance de cette …

Lire la suite »