Accueil » Qui sommes-nous ?

Qui sommes-nous ?

Institut Éthique et Politique Montalembert.

Un laboratoire d’idées au service du bien commun.

« L’inclination naturelle de l’humanité vers le bien de tous dans le respect de chacun », cette notion du bien commun, déjà imaginée par Platon et Aristote, a commencé à se développer dans la théologie chrétienne à partir de Thomas d’Aquin, au XIIIe siècle. La recherche du bien commun est alors le fondement de toute organisation sociale et politique. Mais dans une France aujourd’hui si divisée, comment y parvenir ?

Liberté, égalité et fraternité ne datent pas de la Révolution ou des Lumières, mais des racines de notre civilisation. L’histoire sociale de notre pays ne se résume  pas aux congés payés (1936) ou à la Sécurité sociale (1945). Déjà, en 1916, Émile Romanet, chef d’entreprise et fervent chrétien, inventait et appliquait, avec quelques patrons éclairés,  les allocations familiales.  Tout au long du siècle précédent, le xixe, c’est le courant chrétien social qui porta des idées novatrices en matière de bien commun. Le parlementaire Charles de Montalembert en fut l’un de ses principaux théoriciens par son engagement politique chrétien. Il défendit la liberté de conscience et l’indépendance de l’Église vis-à-vis du pouvoir politique ; il fit la promotion des libertés publiques : liberté de la presse, de l’enseignement, etc. Défenseur  du patrimoine autant que des droits sociaux, il a aussi obtenu l’interdiction du travail des enfants et l’abolition de l’esclavage.

Minée par les idéologies, l’action politique actuelle a oublié le principe essentiel du bien commun en se réduisant à la seule lutte des partis pour le pouvoir. Prétendant œuvrer pour l’intérêt général au nom des valeurs de la République et du progrès, ceux-ci ont créé des lois à profusion pour satisfaire les besoins  des lobbies et développer les droits individuels. La France, plus que jamais fracturée par cette logique, se trouve aujourd’hui gravement menacée par la violence des mouvements sociaux.  Autant économiquement et territorialement qu’ethniquement et religieusement.

« Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas » sonne désormais comme une évidence prémonitoire.  Face au laboratoire d’idées des idéologues,  l’IEPM se veut libre, pragmatique et réaliste (« Il n’y a pas de politique qui vaille en dehors des réalités » Charles de GAULLE). Puisant son inspiration dans l’enseignement social chrétien, l’IEPM est soucieux du bien moral autant que matériel de ses concitoyens.  En attendant  l’avènement d’un grand mouvement d’auto-défense social qui révèlera une politique fondée sur la recherche du bien commun, nous estimons que nous devons préparer le terrain. 

L’action de l’IEPM a dix ans.  Santé, famille, économie, géopolitique, défense, éducation, culture… Sur tous les sujets graves, l’IEPM dispose d’avis de référents éclairés et de rapports susceptibles de peser dans le débat. L’Institut s’efforce de rencontrer régulièrement les décideurs publics par le biais de conférences ou au travers d’entretiens personnels et amicaux.  En lien  avec d’autres mouvements associatifs, l’action de l’institut repose sur deux piliers :

  • Un comité scientifique. Ses travaux et ses interventions ont pour but de concrétiser et de formaliser l’engagement politique au service du bien commun et la dignité de l’être humain.
  • Les rencontres du Cercle Montalembert. Des dîners, réputés pour leur convivialité, permettent aux membres du cercle d’accueillir, d’écouter et de dialoguer avec les responsables politiques  parmi les plus connus (voir nos événements) ou leurs collaborateurs afin de mieux les connaitre et de leur présenter la vision et les propositions de l’IEPM.  

7 Commentaires

  1. Bonjour!
    je visite ce site pour la 1ere fois, et il me parait tres interessant. Je trouverais bien de pouvoir connaitre les noms des membres du comite scientifique et du porte-parole du Cercle. Merci, cordialement

  2. Bonjour,

    Même remarque, il serait bon de pouvoir mettre au moins un nom sur les portes paroles de l’institut.

    Merci

  3. Bonjour,
    Les sujets que vous abordez sont intéressants et même fondamentaux, certes. Cependant, la rubrique « qui sommes-nous? » ne répond pas à la question de son intitulé : elle dit à quoi sert le cercle Montalembert qui déclare avoir un porte-parole et un comité d’experts. Mais elle ne dit aucunement qui sont ces gens, et cela laisse une impression d’opacité suspecte. Car à quoi sert un porte-parole s’il se cache ? Et qu’est-ce qu’un comité scientifique si on ne peut l’identifier ? où est sa crédibilité ? Dès lors nous demander de soutenir un mouvement ou une association sans qu’on sache à qui on à affaire revient à demander de signer un chèque en blanc ou presque.
    Bonne soirée,
    P. Bray (moi, je signe)

  4. Bonjour,

    Comme vous avez pu le constater, nous avons renseigné cette rubrique en précisant les identités des trois responsables de l’Institut.
    Vous pouvez donc les contacter en cas de besoin aux adresses de messagerie indiquées.

    Bien cordialement,

    La rédaction

  5. Même constat

    Jean-Pierre Audoyer

  6. Pierre-Marie Girardot

    Quel dommage qu’une initiative novatrice soit l’objet de suspicion ! Sans doute est-il judicieux de se faire connaître mais de là à l’exiger presque comme une sommation pour lever un doute… !
    N’était-il pas plus courtois de poser plus simplement la question ?
    Quand les fondamentaux sont bien posés dans la rubrique Qui sommes-nous ? pourquoi voir une « opacité suspecte » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.