Accueil » Famille » Bioéthique » Pour des Etats ­Généraux de la fin de vie

Pour des Etats ­Généraux de la fin de vie

Nous relayons ici bien volontiers la tribune publiée par le collectif  » Citoyens pour la fin de vie » portée par nos amis Clotilde et Christophe BROSSOLLET , qui appelle à la vigilance quant à la révision de la loi Leonetti, et, au-delà, à l’ouverture de véritables Etats Généraux sur la fin de vie. Vous pouvez notamment apportez votre soutien à cette initiative citoyenne en signant leur texte :

http://chn.ge/191c9xq

Collectif Citoyens pour la dignité en fin de vie

 

Citoyens pour la dignité en fin de vie rassemble des citoyens attachés au débat démocratique. Inquiets de l’évolution possible de la législation sur la fin de vie, nous demandons que des Etats Généraux soient convoqués sur ce sujet. Cette question nous concerne tous et elle ne saurait être soumise à des positions idéologiques opposées aux valeurs du vivre­ ensemble. 

La loi Leonetti du 22 avril 2005 propose un équilibre entre la tentation de l’euthanasie et le risque, encore trop fréquent, de l’acharnement thérapeutique. Le rapport Leonetti­Claeys remis au Président de la République le 12 décembre 2014 tente de parfaire cette loi et recherche le consensus.

Pourtant, certains pensent que cela ne « va pas assez loin » et proposent, qu’au principe actuel de l’accompagnement se substitue la possibilité d’un “faire mourir”.

Le débat parlementaire, annoncé par le Président de la République a débuté ce mercredi 21 janvier. Nous craignons que des députés déposent des amendements qui ouvriraient notamment la voie à la pratique euthanasique.

Citoyens pour la dignité en fin de vie, nous voulons réaffirmer que l’euthanasie et le suicide assisté ne peuvent être les réponses d’une société démocratique et solidaire à des personnes vulnérables en fin de vie.

L’accompagnement de la fin de vie doit assurer à chacun la dignité, quel que soit son état, sa fragilité ou son degré de dépendance.

L’ensemble des instances consultées depuis juillet 2012, dans le cadre de la concertation nationale sur la fin de vie, considère que l’approche des soins palliatifs et une meilleure application des mesures proposées dans le cadre de la loi Leonetti (directives anticipées, personne de confiance, prise de décision collégiale) constituent l’approche juste et digne en fin de vie, si les moyens financiers promis étaient effectivement alloués.

Nous attendons donc du législateur qu’il travaille dans ce sens et uniquement dans ce sens.

Par ailleurs il est plus que nécessaire de renforcer l’information et la sensibilisation des citoyens ainsi que la formation de l’ensemble du personnel soignant, au­delà des spécialistes des soins palliatifs.

Nous appelons les professionnels de santé à faire entendre fortement leur voix. Directement concernés par ce sujet, ils peuvent témoigner de ce qu’ils vivent au quotidien, et rappeler qu’aujourd’hui ils savent soulager la douleur. Nous appelons aussi les bénévoles des soins palliatifs à témoigner de la qualité avec laquelle nous pouvons accompagner nos proches en fin de vie.

Nous appelons tous les Français à prendre part au débat et souligner l’importance fondamentale de l’accompagnement des patients et des familles.

Citoyens pour la dignité en fin de vie, nous demandons donc que soient organisés de véritables « Etats ­Généraux de la fin de vie » pour que tous les citoyens puissent se faire une opinion sur les questions en débat, sans fausses peurs ni faux espoirs, puissent connaître les règles et les pratiques actuelles, afin que chacun puisse mesurer les possibilités offertes et les questions posées, les conséquences sur sa vie, ou pour ses proches.

L’objectif est donc de réfléchir ensemble au sens que la France souhaite donner aux progrès de la science et de la médecine en matière de fin de vie et de s’accorder sur des valeurs communes pour la société.

Citoyens pour la dignité en fin de vie, nous serons vigilants sur une quelconque ouverture vers « le faire­mourir ».

 

Contact : [email protected]

 

Check Also

Lettre ouverte au Président à propos de la restauration de Notre-Dame

Monsieur le Président, Il y a 170 ans, la cathédrale Notre-Dame menaçait ruines. En juillet …