Accueil » Politique (page 5)

Politique

Crise des Migrants : Notre analyse partagée avec la Fondation NOVAE TERRAE

Nous vous proposons une analyse de la situation par la Fondation NOVAE TERRAE présidée par notre ami Luca VOLONTE  (ancien député européen) qui a été notre 24 ème invités du cercle Montalembert.Nous avons rejoint en 2014, le réseau d’associations européennes qui se sont réunies sous l’impulsion de Luca VOLONTE autour de la Fondation NOVAE TERRAE avec laquelle nous sommes en partenariat, pour porter nos convictions de manière concertée au niveau européen. La crise des migrants est avant tout un problème pour l’Europe, c’est pourquoi nous relayons cette analyse avec laquelle nous sommes totalement en accord. Le phénomène historique de la migration de masse que nous subissons en Europe devrait être gouverné et aurait dû être prévu à temps; il y a vingt ans en effet, le «Plan sur les migrations et pour le voisinage en Méditerranée», présenté par le Commissaire Vittorino, aurait pu être approuvé. Nous ne nous trouverions pas à l’heure actuelle dans la situation difficile où nous sommes aujourd’hui et, surtout, des centaines de milliers de personnes, peut-être des millions, ne seraient pas contraintes de quitter leur pays d’origine. Rappelons quelques critères d’action inspirés des enseignements sociaux chrétiens qui peuvent constituer un moyen utile pour faire face aux …

Lire la suite »

Devoirs de vacances

Deux ans après les grandes manifestations qui ont marqué la prise de conscience de la part d’un plus grand nombre de catholiques en particulier, et de français en général, que décidément il y a quelque chose qui ne va pas dans notre pays, et donc le point de départ d’un effort de reconquête d’une influence politique de la part de citoyens qui en ont pour ainsi été dépossédés il y a quelques cent trente ans sans jamais vraiment en retrouver une, malgré les espoirs, avortés, de la démocratie chrétienne, où en sommes-nous ? Le temps estival est propice aux bilans d’étape. L’heureuse nouvelle d’hier concerne Vincent Lambert, qui échappe à la mort programmée, avec l’espoir semble-t-il que ce soit cette fois pour de bon. Au-delà de son cas personnel éminemment tragique, au-delà même de la question de l’euthanasie, à l’enjeu politique de tout premier plan, l’absence de décision du collège de médecins de Reims, pourtant a priori favorables à l’euthanasie, montre que le doute commence à gagner les partisans de la culture de mort, et qu’ils ne se sentent plus les coudées franches. A ce seul titre, on ne saurait trop s’incliner devant l’admirable pugnacité des avocats des parents Lambert. D’autres …

Lire la suite »

Les leçons du 5 juin

L’arrêt rendu le 5 juin 2015 par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) est particulièrement intéressant. Il démontre à nouveau que nous vivons une situation démocratiquement instable, ce que nous désignons comme Post-démocratie. Serait-il juste de se résigner à ces conclusions ?  Pour preuve le désaccord exprimé par cinq juges et leur volonté publique de se dissocier de la décision qu’ils ont ouvertement critiquée, avec une sévérité hors normes. Depuis 2013 nous avons compris qu’au-delà des péripéties judiciaires et des controverses suscitées par l’état de handicap de M. Vincent Lambert, d’autres valeurs devaient être mobilisées que celles bien discutables car peu constructives de la compassion collective. Il nous faut renforcer notre vigilance lorsque les arbitrages et les équivoques menacent les droits fondamentaux des personnes fragiles vulnérabilisées aujourd’hui plus que jamais du fait de la décision de la CEDH. Elles risquent d’être exposées à des agissements dangereux tant la société consent sans état d’âme à faire mourir. La manifestation d’une sollicitude concrète à leur égard dans leur parcours de vie reste la seule réponse à un accompagnement digne. Nous devons soutenir les familles et les proches qui vivent au quotidien une telle implication remarquable : résolues dans leur présence qui …

Lire la suite »

Logique systémique

Quoi qu’il faille penser de l’affaire grecque de ces dernières semaines, qui est encore loin d’être achevée d’ailleurs, elle offre au moins un enseignement clair, qu’il est sans doute profitable pour chacun de méditer : le système politico-médiatico-financier actuel est prêt à tout pour se préserver. Cela a été souligné par bien des commentateurs, tous les acteurs de ce drame sont en quelque manière fautifs, et seule la justice n’y trouve d’aucune manière son compte. Mais l’essentiel demeure que la logique des dirigeants de la zone euro, Alexis Tsipras compris, et jusqu’au peuple grec lui-même, a été manifestement de ne pas remettre en question le fonctionnement de la monnaie unique, ni l’adhésion à cette monnaie, et ce que cette adhésion signifie en terme de modèle économique et social. D’une part, en effet, la volonté des Grecs n’allait au fond pas plus loin que de desserrer un étau qu’ils avaient eux-mêmes dans une large mesure contribué à créer. Elle n’était pas de tourner le dos à un système qui leur avait pendant des années si bien profité. On ne saurait leur en faire reproche : pas plus que les autres peuples européens ils ne sont prêts à une aventure qui supposerait tant de …

Lire la suite »

Rencontre débat autour de Pierre de Lauzun

Lire la suite »

Un cas d’école

En dehors de quelques réactions très justes de la part d’Yves Daoudal[1] ou Jeanne Smits[2] sur leurs blogs respectifs, ainsi que d’un article dans Boulevard Voltaire[3], dans l’ensemble le référendum irlandais du 23 mai consacrant le “mariage“ de personnes de même sexe n’a pas donné lieu à de grands commentaires de la part des opposants à ce genre de mascarade, tout au moins en France. L’événement a pourtant assurément son importance. Redisons tout d’abord, que le vote de samedi achève de consacrer la triste décomposition d’une chrétienté, en entendant par là un ordre social et politique régi par les principes évangéliques, et de l’une des plus belles d’Europe historiquement parlant. En quelques décennies, cette chrétienté a été bafouée, reniée, avec comme sorte de point d’orgue le vote de samedi, qui consacre ce reniement dans le blasphème, ainsi que le fait très justement remarquer Yves Daoudal : car la Constitution irlandaise garde comme préambule une invocation à la Très Sainte Trinité et à Jésus Christ…[4] Voilà un parfait exemple de culture « charlie » ! Le vote irlandais peut ainsi également faire office de cas d’école pour qui veut étudier le travail de subversion auquel se livre la culture libérale libertaire contemporaine. En effet, il a été …

Lire la suite »

Le Pape en son jardin

Les jardins du Vatican sont-ils propices à une réflexion pontificale en matière d’écologie ? Dieu aura-t-il inspiré les papes égrenant leur chapelet, à travers fontaines et bosquets de Rome ou de Castelgandolfo ? Les réflexions du Magistère Pontifical, relativement récentes en ce domaine, sont cependant bien moins naïves que les icônes représentant St François parlant aux oiseaux, ou au loup de Gubio… La première attention du Souverain Pontife sur la question s’est manifestée dans l’encyclique sociale de Jean-Paul II Sollicitudo rei sociali datant de 1987[1]. En attendant le prochain texte du Pape François sur les enjeux éthiques de l’écologie, nous voudrions donner ici, au rythme des encycliques de ses prédécesseurs, quelques clés simples nous permettant de mieux entrer dans une réflexion complexe. Nous donnons ces clés de compréhension en suivant le développement chronologique des textes pontificaux. A l’origine, le Don du Créateur Dans l’exhortation apostolique Christifideles Laïci et dans l’encyclique Centesimus Annus, Saint Jean-Paul II énonce le point de départ anthropologique de toute réflexion écologique : “Non seulement la terre a été donnée par Dieu à l’homme qui doit en faire usage dans le respect de l’intention primitive, bonne, dans laquelle elle a été donnée, mais l’homme, lui aussi, est …

Lire la suite »

Calma francese

Alors qu’après la révision de la loi Léonetti, le gouvernement s’efforce de faire adopter deux autres lois qui augmentent encore de manière très inquiétante l’emprise des pouvoirs publics sur la vie des gens dans ce qu’elle a de plus intime, la loi sur le renseignement d’une part, et celle dite sur la “santé“ de l’autre, notre pays semble rester dans l’attentisme. La majorité vient de réussir l’exploit de déclencher une troisième crise scolaire en trois ans d’exercice du pouvoir – c’est sans doute un record. Mais cette fois-ci, ce sont les “intellectuels“ (vrais ou faux) qui réagissent, non les familles, si ce n’est au moyen de la signature de quelque pétition. Rien de comparable à ce jour à ce qu’ont pu déclencher la réorganisation des horaires de l’école et le programme des “ABCD de l’égalité“. Le gouvernement, de son côté, avance avec prudence. On sait le président traumatisé par les manifestations de 2013 et soucieux d’éviter toute nouvelle contestation dans la rue, ce qui a conduit à édulcorer chacune des lois mentionnées par rapport à ce qui était prévu. Et de ce fait, le fiasco au moins relatif du ministre de l’éducation ressort d’autant plus comme une grande maladresse. Il …

Lire la suite »

“Laïcité” : un concept encore opératoire ?

“Il faut inventer une religion républicaine. Cette religion républicaine, qui doit accompagner la révolution matérielle, mais qui est la révolution spirituelle, c’est la laïcité. Et c’est pour ça d’ailleurs qu’on a pu parler au début du XXe siècle, de foi laïque, de religion laïque, et que la laïcité voulait être la création d’un esprit public, d’une morale laïque, et donc l’adhésion à un certain nombre de valeurs”[1]. La pensée de monsieur Vincent Peillon, ministre de l’Education Nationale pendant les premiers temps du quinquennat hollandais, manifeste ce glissement du sens de la laïcité vers le laïcisme[2]. Elle ne désigne plus la seule neutralité de l’Etat (ce qui pourrait être entendu comme laïcité positive), respectant la liberté religieuse des membres d’une même cité et son expression publique, mais ce qui se présente comme la religion légitime de la république. Plus besoin d’église, le pouvoir politique s’occupe du for interne, la conscience de l’individu n’ayant de relation à rendre qu’à la République divinisée et ses valeurs. Le laïcisme se réalise précisément lorsque César se fait Dieu s’arrogeant les prérogatives du pouvoir spirituel, aliénant par voie de conséquence la liberté religieuse de l’individu. Glissement de la laïcité au laïcisme, qui voudrait renvoyer toute autre …

Lire la suite »

Catastrophes

Le drame humain que représente l’immigration en provenance de l’Afrique et du Proche et Moyen Orient – pour ce qui concerne l’Europe – déborde largement les tragédies répétées de ces derniers jours, qui le rappellent une fois de plus avec violence à notre attention oublieuse, et oublieuse car à ce point saturée d’informations de tous ordres, dont la plupart futiles, qu’elle risque d’en perdre toute notion de hiérarchie et de priorité dans les questions. Or, il est assez évident que quelle que soit la manière dont on envisage la chose, la question migratoire s’impose comme l’une des premières de notre temps, qui se trouve être, que nous le voulions ou non, une époque de déplacements importants de populations. Qui est plus est, exception à la règle, c’est une question qui pouvait être anticipée de longue date, et l’a été par les chercheurs sérieux, géographes, démographes ou politologues, mais pas ou peu par les responsables politiques. Par ailleurs, l’histoire enseigne que toute période de forte migration est le prélude à des bouleversements sociaux et politiques majeurs, lesquels sont rarement pacifiques. Le propre de notre époque étant l’interconnexion étroite des sociétés, on peut enfin prévoir que les bouleversements en question ne resteront pas localisés dans …

Lire la suite »