Accueil » Politique internationale

Politique internationale

Une résolution vient couronner nos efforts !

L’institut Montalembert comme vous le savez s’est engagé depuis 2014 pour la défense des chrétiens d’Orient au travers de deux initiatives d’abord celle d’apporter son aide à Mgr YOUSIF THOMAS MIRKIS, archevêque de KIRKOUK et SOULEYMANIEH en Irak ( voir le dossier complet de notre action dans l’onglet revue de prese) et ensuite en lançant avec de nombreuses autres associations et personnalités politiques et de la société civile une pétition pour obtenir la reconnaissance par l’ONU du génocide des minorités en Irak dont les chrétiens d’Orient, le 26 mai dernier . http://www.institut-montalembert.fr/politique-internationale/si-les-hommes-se-taisent-les-pierres-crieront-1301/)   « Nous ne sommes pas forcément dans une revendication revancharde, explique pour sa part Mgr Yousif Thomas Mirkis. Je crois que les faits parlent d’eux-mêmes. Il faut maintenant qu’ils soient étudiés au cas par cas par la justice nationale et internationale de façon équitable. Malheureusement, la justice n’est jamais rapide. Recueillir les témoignages prendra du temps, et je crains que la vengeance se manifeste plus tôt que la justice. Les sunnites voudront se venger contre d’autres sunnites qui ont pris leur maison, les chiites contre les sunnites… » Ainsi, nous pouvons vous annoncer que nos efforts ont porté leurs fruits car une résolution a enfin été adoptée …

Lire la suite »

Si les hommes se taisent, les pierres crieront…

Signez avec Nous ! L’IEPM est toujours mobilisé sur la question des chrétiens d’Orient !   UN GENOCIDE, CONTRE LES CHRETIENS ET LES AUTRES MINORITES d’Orient, se déroule dans la passivité de la communauté internationale. Or il ne saurait  y avoir de « hiérarchie » en matière de génocide ; il ne peut y avoir d’un côté, des crimes qui seraient « acceptables » et d’autres qui ne le seraient pas. Un crime est un crime, et tous doivent être appelés par leur nom. Ce qui se passe actuellement sous nos yeux, pour les chrétiens d’Orient et les autres minorités porte un nom : génocide. Les chrétiens d’Orient, les Yézidis se trouvent actuellement dans une situation comparable à celle du Cambodge face aux Khmers rouges dans les années 1976-1979, ou celle du Rwanda dans les années 1990, pour ne parler que des génocides les plus récents. Le refus d’agir, dans les circonstances actuelles, relève de la complicité passive de génocide. C’est pourquoi l’ONU s’honorerait à reconnaitre ce génocide, comme l’a déjà fait l’Union Européenne le 4 février 2016. Tous les régimes sanglants, à travers les siècles, ont en général, cherché à dissimuler leur violence. Mais concernant DAESH, la violence est mise en avant. Pire, c’est …

Lire la suite »

Crise des Migrants : Notre analyse partagée avec la Fondation NOVAE TERRAE

Nous vous proposons une analyse de la situation par la Fondation NOVAE TERRAE présidée par notre ami Luca VOLONTE  (ancien député européen) qui a été notre 24 ème invités du cercle Montalembert.Nous avons rejoint en 2014, le réseau d’associations européennes qui se sont réunies sous l’impulsion de Luca VOLONTE autour de la Fondation NOVAE TERRAE avec laquelle nous sommes en partenariat, pour porter nos convictions de manière concertée au niveau européen. La crise des migrants est avant tout un problème pour l’Europe, c’est pourquoi nous relayons cette analyse avec laquelle nous sommes totalement en accord. Le phénomène historique de la migration de masse que nous subissons en Europe devrait être gouverné et aurait dû être prévu à temps; il y a vingt ans en effet, le «Plan sur les migrations et pour le voisinage en Méditerranée», présenté par le Commissaire Vittorino, aurait pu être approuvé. Nous ne nous trouverions pas à l’heure actuelle dans la situation difficile où nous sommes aujourd’hui et, surtout, des centaines de milliers de personnes, peut-être des millions, ne seraient pas contraintes de quitter leur pays d’origine. Rappelons quelques critères d’action inspirés des enseignements sociaux chrétiens qui peuvent constituer un moyen utile pour faire face aux …

Lire la suite »

EI : La réponse tarde….

Le président égyptien souhaite l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité pour contrer l’Etat islamique en Libye avec le feu vert des autorités libyennes. « Il n’y pas d’autre choix ». Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a prôné mardi 17 février l’adoption d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui permettrait, après le feu vert des autorités libyennes, une intervention d’une coalition contre l’Etat islamique en Libye. On peut soutenir une telle initiative car l’urgence d’agir est évidente. Nous sommes d’accord avec la prise de position du saint siège, et du cardinal PAROLIN qui a déclaré qu’il fallait « intervenir rapidement, mais sous l’égide de l’ONU », c’est-à-dire avec « un large consensus international ». De la même manière, on peut comprendre que les autres pays de la zone dont l’Italie réagissent avec beaucoup d’empressement. L’Italie souligne l’urgence « d’enrayer l’avancée de l’État islamique en Libye », et appelle à la mise sur pied d’une mission des Nations unies pour stabiliser la situation. «Nous étions en Syrie, maintenant nous sommes au Sud de Rome». Menace claire de l’Etat islamiste à l’encontre de l’Italie dans sa dernière vidéo de propagande s’ajoutant aux photos montages de la Basilique Saint-Pierre ornée du drapeau …

Lire la suite »

Soutenons les chrétiens d’Orient

L’Institut Ethique et Politique Montalembert lance une opération pour venir en aide à Monseigneur Yousif Thomas Mirkis, archevêque de KIRKOUK et SOULEYMANIEH. Comme vous le savez nous avons accompagné Monseigneur Yousif Thomas durant 10 jours pour lui permettre d’obtenir une tribune médiatique et rencontrer des responsables politiques afin qu’il puisse délivrer son message. Ce message se résume au travers de l’appel lancé par Monseigneur Yousif Thomas et que vous nous transmettons en PJ. En outre nous souhaitons apporter une aide humanitaire à Monseigneur Yousif Thomas nous lançons ainsi l’ « opération 750 familles ». Cette opération se veut : Concrète : Il s’agit d’aider les 750 familles que Monseigneur a recueillies depuis fin juillet. Monseigneur Yousif Thomas voudrait leur trouver un logement décent pour passer l’hiver et libérer ainsi les bâtiments qu’elles occupent actuellement (églises, écoles et camps de toile). Pour cela Monseigneur Yousif Thomas souhaite louer des maisons pour les reloger durant les six prochains mois. Le coût de ce relogement s’élève à 20 000 euros. Monseigneur Yousif Thomas voudrait également scolariser les enfants (près de deux mille). Cette scolarité est payante et s’élève à 20 000 euros pour l’ensemble des enfants. Elle permet d’entretenir les établissements, distribuer les …

Lire la suite »

Nous devons défendre la Mosaïque religieuse au proche Orient !

Arabes, musulmans, Proche-Orient, Perses, … Ces noms que nous confondons parfois, renvoient, quand on plonge le nez dans ce qu’ils représentent vraiment, à une réalité extrêmement riche. On découvre un univers qu’on ignore. Même au niveau de la recherche universitaire, ce monde est en train d’être redécouvert. Et quelle découverte ! Qui sont donc les chrétiens au Proche-Orient ? L’intérêt pour l’institution « Eglise », l’étude historico critique du Coran, la prise de conscience de l’ancienneté des chrétiens dans le Proche-Orient, un autre rapport possible avec les musulmans, tout est une nouveauté pour nous, alors que cela ne devrait pas l’être. Le christianisme est né là-bas. Mais les chrétiens d’Orient souffrent de devoir rappeler trop souvent qu’ils ne sont pas l’héritage des Croisades ou de l’impérialisme occidental récent. Ils ne sont en rien extérieurs à l’identité de la région. Ils participent à sa définition. Des intellectuels chrétiens ont été très impliqués dans le renouveau de la langue arabe au XVIIIe siècle. L’arabe était la langue du christianisme avant de devenir la langue de l’Islam. Les désaccords entre les conciles des premiers siècles autant que les particularismes culturels ont créés des schismes entre les communautés chrétiennes : sont nées alors les …

Lire la suite »

LES CHRETIENS DU MOYEN ORIENT DANS LA CRISE SYRIENNE

L’événement majeur de ces dernières années concernant les rives sud et Est de la Méditerranée a été le printemps arabe. Faut-il dire le ou les printemps arabes ? L’hésitation sur le singulier ou le pluriel monte la complexité des événements. On ne peut guère comparer la Tunisie ou même la Lybie à l’Egypte, au Yémen ou à la Syrie pour beaucoup des raisons. Cependant il existe, dans ces mouvements populaires qui ont commencé en janvier 2011, quelques points communs. Ainsi, la Tunisie, la Lybie et l’Egypte étaient, chacune, soumises à la dictature d’un seul homme. Un homme seul, même s’il avait jadis été propulsé au pouvoir par l’Armée ou un mouvement de foule, face à une population frustrée de bien des manières mais la plus évidente est celle-ci : la confiscation de la richesse nationale au profit de la clientèle du régime. L’autre point commun est le suivant : aucun mouvement politique ou contestataire, quelle que soit sa spontanéité, ne peut durer à moins d’être récupéré par un parti qui a eu le courage de s’opposer à la dictature en dépit de l’interdiction d’exister. Un tel parti plus ou moins clandestin a forcément des positions radicales, probablement inspirées par des sectes fondamentalistes de l’islam …

Lire la suite »

La question syrienne, symptôme du désarroi de la diplomatie française

  La crise internationale déclenchée par l’utilisation de gaz chimiques dans la banlieue de Damas le 21 août dernier aura connu deux tournants majeurs, le refus de la chambre des communes d’une intervention armée du Royaume-Uni en Syrie et la proposition russe de placer le potentiel chimique syrien sous contrôle international pour le détruire. Dans les deux cas, malgré les positions de circonstance, l’isolement diplomatique de Paris a été patent. Placée d’abord dans la position inhabituelle d’être le seul véritable allié de Washington, la France a ensuite été abandonnée par celui qu’elle soutenait, une première fois lorsque le président Obama a décidé de consulter le Congrès, une deuxième fois lorsque les Etats-Unis ont saisi au vol la proposition russe. Malgré son opinion publique majoritairement défavorable à un engagement militaire, malgré la tiédeur des autres dirigeants européens, malgré la tradition française de rechercher une politique de l’équilibre comme cela avait été le cas avec le refus d’intervenir en Iraq, le Quai d’Orsay s’est lancé à corps perdu dans le soutien à la politique la plus intransigeante. Rien, tout à coup, n’a semblé plus urgent que de bombarder la Syrie. Les objectifs restaient imprécis, tant sur le plan politique que militaire ; une …

Lire la suite »

La vie joue sa survie au Parlement européen

Le 18 septembre 2013, le comité « droits des femmes et égalité des genres » étudiera une proposition de résolution du Parlement européen, sur la base d’un rapport dont certains mots d’apparence anodine font peser de nouvelles menaces importantes sur la famille et l’enfant. Selon l’habituelle tactique dite du langage inclusif, de nouveaux termes suffisamment vagues pour se prêter à l’amalgame et à la récupération préparent leur entrée. Ainsi en est-il des « droits sexuels et reproductifs » qui peuvent s’entendre de deux manières : le  droit à des soins de santé durant la maternité, est légitimement une bonne chose ; mais nous pouvons aussi découvrir derrière ce premier aspect le « family planning ». Par ce terme abscons s’il en est, il faut entendre notamment le « droit à la contraception » et le « droit à l’avortement » L’enjeu des discussions du 18 septembre est de faire disparaitre cette expression ambiguë mais ô combien porteuse de germes destructeurs pour la famille : « droits sexuels et reproductifs » La sexualité comme la reproduction (au sens où la résolution européenne l’entend : incluant avortement, procréation médicalement assistées etc.) ne sont aucunement des droits de l’Homme.                 Nos adversaires tentent de nous faire croire que les droits sexuels et reproductifs (incluant l’avortement) seraient des …

Lire la suite »

Faut-il avoir peur du Qatar ?

En trente ans, le Qatar est devenu une puissance. État minuscule, indépendant depuis 1971, il dispose de revenus considérables qu’il tire de ses ressources gazières. L’émir Cheikh Hamad ben Khalifa al Thani, arrivé au pouvoir en 1995, a conçu et mis en œuvre une stratégie offensive, tant sur le plan économique par le biais de la Qatar Investissement Autority (QIA), que politique. Doha investit tous azimuts et intervient dans toutes les crises régionales. Des inquiétudes s’expriment sur cette politique interventionniste. Faut-il les relayer ? 1.- Les déterminants de la politique qatarie Le Qatar compte un million d’habitants dont 180 000 qataris environ. C’est un tout petit pays, situé au point de rencontre de deux puissances régionales ennemies : l’Arabie Saoudite et l’Iran. La fragilité de cette situation est équilibrée par les revenus de l’émirat qui lui fournissent des liquidités quasi-illimitées. En s’appuyant sur cette richesse et sur la position géographique stratégique du Qatar, l’émir a construit un réseau d’alliances qui lui permettent d’échapper à la menace de ses voisins et de préparer l’avenir du pays. Il a réglé tous les contentieux territoriaux avec ses voisins, ce qui lui assure paix et sécurité extérieures. Fort de ses alliances occidentales, de sa diplomatie gazière qui …

Lire la suite »