ARTICLES RECENTS

Le législateur est-il compétent pour définir le mariage ?

    La conformité de la loi Taubira à l’article 34 de la constitution mériterait d’être examinée par le Conseil Constitutionnel.   Même si le conseil constitutionnel n’a jamais entravé le législateur lorsqu’il ne respectait pas les compétences qui lui sont attribuées par l’article 34 de la constitution, la capacité du parlement à légiférer sur la définition du mariage peut être discutée au regard de la lettre et de l’esprit de notre constitution. Pour le moment, le code civil ne définit pas le mariage. Les articles législatifs 75 et 144 qui renvoient au fait que le mariage unit un homme et une femme ont été jugés conformes à la Constitution par le Conseil Constitutionnel. Celui-ci, dans sa décision du 28 janvier 2011, a montré qu’il n’y avait pas rupture d’égalité entre les couples de même sexe et les autres, car leur situation n’était pas identique. Le législateur pouvait donc légitimement prévoir un traitement différent suivant les types de couple. Est-ce à dire pour autant que le législateur est compétent pour définir le mariage, comme le sous-entend le Conseil Constitutionnel lorsqu’il renvoie à ce dernier le soin d’examiner une éventuelle modification du Code civil ? On peut en douter au regard de la …

Lire la suite »

Arrêtons le massacre, sauvons la démocratie.

Quatre-vingt dix sept, ils étaient quatre-vingt dix sept sur cinq cent soixante-dix-sept députés à rejeter l’article 1 du projet de loi sur le mariage. Mais où étaient les autres ? Où étaient les deux cent trente quatre députés de l’opposition ? Sont-ils favorables au texte sans oser le dire ? Ont-ils préféré rester chez eux, estimant que le combat était déjà perdu et, qu’après tout, une loi n’était qu’une loi. Cette faible participation au vote, déplorée par Hervé Mariton, député de la Drôme, illustre une nouvelle fois combien les députés eux-mêmes mésestiment leur rôle. Ils sont les représentants de la Nation ; chacun d’entre eux représente la Nation toute entière. Ils ne sont pas des techniciens qui ajustent des textes toujours plus précis pour les faire s’approcher d’une réalité toujours plus fugitive. Ils ne sont pas non plus des fonctionnaires relevant de partis politiques qui leur imposeraient devoir de réserve et orientations de conduite. Le groupe socialiste, en revendiquant la discipline de vote comme sa méthode de travail, montre qu’il n’a jamais accepté la Cinquième République. La grandeur de notre constitution est d’avoir rompu avec la logique des partis qui, à plusieurs reprises, nous a conduits au fond du gouffre. Leur seul objet est …

Lire la suite »

La vie joue sa survie au Parlement européen

Le 18 septembre 2013, le comité « droits des femmes et égalité des genres » étudiera une proposition de résolution du Parlement européen, sur la base d’un rapport dont certains mots d’apparence anodine font peser de nouvelles menaces importantes sur la famille et l’enfant. Selon l’habituelle tactique dite du langage inclusif, de nouveaux termes suffisamment vagues pour se prêter à l’amalgame et à la récupération préparent leur entrée. Ainsi en est-il des « droits sexuels et reproductifs » qui peuvent s’entendre de deux manières : le  droit à des soins de santé durant la maternité, est légitimement une bonne chose ; mais nous pouvons aussi découvrir derrière ce premier aspect le « family planning ». Par ce terme abscons s’il en est, il faut entendre notamment le « droit à la contraception » et le « droit à l’avortement » L’enjeu des discussions du 18 septembre est de faire disparaitre cette expression ambiguë mais ô combien porteuse de germes destructeurs pour la famille : « droits sexuels et reproductifs » La sexualité comme la reproduction (au sens où la résolution européenne l’entend : incluant avortement, procréation médicalement assistées etc.) ne sont aucunement des droits de l’Homme.                 Nos adversaires tentent de nous faire croire que les droits sexuels et reproductifs (incluant l’avortement) seraient des …

Lire la suite »

L’avenir de l’institut du monde arabe

Depuis son inauguration par François Mitterrand, l’Institut du monde arabe (IMA) n’a cessé de susciter des interrogations sur son financement et sur sa gouvernance. Ces difficultés internes, malgré la qualité de la programmation, l’ont emporté sur le débat relatif au contenu de la politique culturelle de cet établissement, qui devrait compter parmi les fleurons du réseau des grands établissements français œuvrant dans le domaine de la Culture. 1.- Une concurrence accrue La nécessité de revoir la stratégie de l’IMA est renforcée par les évolutions du paysage culturel parisien et national. Le département des Arts de l’Islam du Louvre, ouvert en 2012, devient de facto le lieu de présentation des œuvres d’art du monde islamique, compris dans sa dimension artistique culturelle. L’Institut des cultures de l’Islam (ICI), créé par la ville de Paris, « est dédié à la découverte de la diversité des cultures musulmanes actuelles ». Malgré la volonté d’apparaître comme complémentaire de l’IMA, la programmation de l’établissement municipal recoupe en grande partie celle de son prédécesseur. La Cité nationale de l’immigration (CNHI), développe elle aussi des programmes en lien avec les missions initiales de l’IMA. Enfin, à Marseille, l’ouverture en 2013 du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée …

Lire la suite »

Faut-il avoir peur du Qatar ?

En trente ans, le Qatar est devenu une puissance. État minuscule, indépendant depuis 1971, il dispose de revenus considérables qu’il tire de ses ressources gazières. L’émir Cheikh Hamad ben Khalifa al Thani, arrivé au pouvoir en 1995, a conçu et mis en œuvre une stratégie offensive, tant sur le plan économique par le biais de la Qatar Investissement Autority (QIA), que politique. Doha investit tous azimuts et intervient dans toutes les crises régionales. Des inquiétudes s’expriment sur cette politique interventionniste. Faut-il les relayer ? 1.- Les déterminants de la politique qatarie Le Qatar compte un million d’habitants dont 180 000 qataris environ. C’est un tout petit pays, situé au point de rencontre de deux puissances régionales ennemies : l’Arabie Saoudite et l’Iran. La fragilité de cette situation est équilibrée par les revenus de l’émirat qui lui fournissent des liquidités quasi-illimitées. En s’appuyant sur cette richesse et sur la position géographique stratégique du Qatar, l’émir a construit un réseau d’alliances qui lui permettent d’échapper à la menace de ses voisins et de préparer l’avenir du pays. Il a réglé tous les contentieux territoriaux avec ses voisins, ce qui lui assure paix et sécurité extérieures. Fort de ses alliances occidentales, de sa diplomatie gazière qui …

Lire la suite »

L’Homme une solution d’avenir

L’Institut éthique et politique Montalembert (IEPM) fera sa rentrée à l’occasion de trois rencontres les 25, 26 et 27 septembre 2013. Associé aux Rencontres de l’Espérance le 25 septembre, nous recevrons plusieurs élus chrétiens. Ce sera l’occasion de mieux découvrir leur engagement et la réalité concrète de leur vie d’élu et de chrétien. C’est avec Luca Volontè, député européen italien qui a beaucoup soutenu le mouvement de manifestation de l’an dernier, que nous ouvrirons la troisième saison du Cercle Montalembert le 26 septembre. Enfin la matinée du 27 septembre, nous nous retrouverons au Palais du Luxembourg pour le premier colloque de l’IEPM sur le thème de la famille. Rentrée chargée, pour une année qui promet de l’être tout autant. Après un an d’existence, l’Institut Montalembert poursuit son développement et multiplie les partenariats. Groupe de réflexion chrétien ayant pour but de proposer des solutions concrètes  sous le regard de la doctrine sociale de l’Eglise et de la loi naturelle, l’IEPM a pu en un an conseiller, orienter et discuter avec nombre de responsables politiques, d’entrepreneurs et de nombreux acteurs de la société civile. Situé par son réseau de relations au cœur des forces vives qui se sont levées l’an dernier, l’Institut …

Lire la suite »

Le Chrétien face à la Guerre / Dossier de l’IEPM

  La Bible dit : ‘Tu ne tueras pas’ alors que Le Catéchisme de l’Église Catholique (CEC) admet, quant à lui, la peine de mort, mais avec de nombreuses réserves dans le domaine de l’application (CEC 2267). Y aurait-il contradiction ? La question de la guerre, toutefois, n’est pas seulement une question de vie ou de mort, mais de dignité de la personne humaine et fondamentalement de paix. Si vis pacem para bellum La paix est le cœur du problème. Elle vise, par définition, la préservation des vies. Dans la Bible, la paix a trois significations : –          Elle est souvent liée à l’idée de Création : malgré le péché originel, la création est faite pour être perçue dans la paix. –          En outre, l’Ancien Testament (AT) rattache la paix à l’Alliance. Or l’alliance exclut la destruction de l’être aimé. C’est la finale du déluge (Gn 9,11) : « Tout ce qui est ne sera plus détruit ». Cette assurance est réaffirmée dans l’Ecclésiastique : « Des alliances éternelles furent établies en lui afin qu’aucune chair ne fût plus anéantie par le déluge » (Si 44, 18).  L’homme ne peut donc authentifier l’amour de Dieu qu’en reconnaissant dans ses semblables des visages conçus à l’image de Dieu. C’est tout le …

Lire la suite »

Des caisses automatiques : la France pour les robots ?

Quel phénomène amène une grande librairie religieuse parisienne à remplacer ses caissiers par des machines, des caisses automatiques, et à supprimer ainsi, du moins on le suppose, les emplois correspondants ? Dès lors qu’une machine peut faire, à moindre coût, le travail de l’homme, celui-ci est-il condamné à perdre sa place ? Le raisonnement économique sous-jacent est simple et connu : maîtrise des coûts par la diminution de la masse salariale et concentration de la gestion des ressources humaines sur les personnes dites à haut potentiel. On ajoutera, dans le cas d’espèce, la fragilité économique du secteur concerné, la vente de livres, touché à la fois par la baisse du nombre de lecteurs et par la concurrence d’internet et des grandes surfaces. On nous objectera que les travailleurs concernés, grâce à une formation professionnelle adaptée, retrouveront un emploi et se consacreront bientôt à des tâches d’une plus grande technicité ; que les fonctions d’accueil et de conseil, plus valorisantes seront renforcées. Acceptons en l’augure. Observons toutefois la réalité courante. Toutes les personnes ne disposent pas toutes et tout le temps des mêmes capacités d’adaptation. Certaines d’entre elles risquent de ne rien retrouver ou de traverser une longue période de chômage. D’autres pouvaient en outre …

Lire la suite »

Syrie : Les conditions d’une guerre juste en Syrie ne sont pas réunies

  L’Institut éthique et politique Montalembert se prononce contre l’envoi de l’armée française en Syrie pour de multiples raisons. En premier lieu, l’information concernant la réalité du conflit n’est pas suffisante, en l’absence des conclusions des inspecteurs de l’ONU. Il semble en outre que depuis plusieurs mois des armes chimiques aient été utilisés par les deux camps. Ce seul doute réduit l’argumentation du président Hollande en faveur d’une intervention militaire de la France. Par ailleurs, de nombreuses sources contredisent la pensée généralement répandue dans nos medias et relayée par le Quai d’Orsay sur la légitimité du combat mené par les rebelles, leur soutien et en miroir sur les atrocités en sens unique commises par le gouvernement syrien. En outre, l’exemple des printemps arabes qui déchantent nous invitent à la plus grande prudence vis-à-vis du chaos qui pourrait suivre l’élimination du régime en place et de la récupération islamiste latente. L’Institut éthique et politique Montalembert se pose la question des raisons fondamentales de l’intervention française. Depuis plusieurs mois il semble qu’il y ait un décalage important entre les affirmations du Quai d’Orsay et la réalité syrienne. Pourquoi donner tant de légitimité au combat mené par les rebelles, alors même que leur …

Lire la suite »

Colloque la famille est-elle naturelle ou culturelle ?

L’Institut Ethique et Politique Montalembert est heureux de vous convier à son premier colloque sur la famille En partenariat avec les associations Famille & Liberté et Valeurs de gauche Vendredi 27 septembre 2013 A partir de 9h Salle Monnerville – Palais du Luxembourg Paris (métro : Luxembourg, Rennes) Depuis plusieurs décennies le monde occidental forgé par des millénaires d’Histoire est comme soulevé par un raz de marée. Il faut revenir à l’Homme, le contempler, le découvrir et le promouvoir. Les questions actuelles, de la crise financière au mariage homosexuel, reposent sur la déconnexion entre l’Homme réel et le monde dans lequel il s’insère. Nombres d’études ont vu le jour pour défendre le mariage et la famille face à la question homosexuelle. Mais au fond qu’est-ce que la famille ? Pour le savoir il faut en amont savoir qui est l’Homme car la famille, non seulement est faite d’hommes et des femmes, mais elle est d’abord là pour l’Homme. C’est à cette condition qu’il est possible de parler de composition de la famille, de politique familiale, de réponses aux cas marginaux issus de situations de crise de la famille. Telle est l’ambition de ce colloque : redécouvrir l’Homme à travers la …

Lire la suite »