ARTICLES RECENTS

Cercle MONTALEMBERT : Véronique BESSE

Dans le cadre des rencontres du cercle Montalembert, l’Institut Ethique et Politique Montalembert (IEPM) a reçu Madame Véronique BESSE le mardi 04 novembre 2014. Véronique Besse, est députée de la quatrième circonscription de la Vendée depuis 2005, elle siège dans le groupe non inscrit à l’assemblée nationale. Elle a été successivement journaliste pour la radio Alouette FM (1986-1990), chargée de mission au cabinet de Philippe de Villiers à la présidence du Conseil général de la Vendée (1991-1994), assistante parlementaire de Bruno Retailleau (1994-1997) puis de Philippe de Villiers (1997-2004). Elle co-préside aujourd’dui le groupe d’études de l’Assemblée Nationale sur les chrétiens d’Orient avec Valérie PECRESSE. Les deux femmes auront réuni 120 députés de diverses sensibilités politiques afin de réfléchir à la meilleure stratégie possible pour défendre les minorités persécutées. Madame Véronique BESSE nous a présenté son parcours politique et ensuite a évoqué ses différentes préoccupations  politiques et sociales actuelles. Nous l’avons interrogée partciculièrement sur les travaux du groupe parlementaire sur les chrétiens d’orient. Ensuite, nous lui avons posés différentes questions sur la situation politique du moment. Enfin nous lui avons présentée différents travaux de l’Institut et divers  projets et initiatives qui nécessitaient une diffusion.

Lire la suite »

Vous devez être la lumière du monde… même en politique !

« Il (le roi de Juda) mourra à Babylone sans l’avoir vue. Tout son entourage, sa garde et tous ses escadrons, je les disperserai à tous vents et je tirerai l’épée derrière eux. Alors ils connaîtront que je suis le Seigneur, quand je les aurai dispersés parmi les nations et que je les aurai disséminés parmi les pays. » Ez 12, 14-16   Il peut nous paraître surprenant que Dieu châtie ainsi son peuple, le poursuive même de sa vindicte au point de vouloir le disséminer et presque l’anéantir. Quelques lignes plus loin, le même Ezéchiel nous rapporte en effet que le Seigneur ne laisse qu’un petit reste, comme témoin de ce qui s’est passé. Il ne nous est pas dit, un petit reste de justes ! Non, il s’agit d’un reste pour témoigner tout à la fois de la Gloire de Dieu et de ce qui a conduit les hommes à leur perte, ou plus exactement à la perte du royaume céleste. Car que se passe-t-il sinon une déchéance, un nouvel exode, mais mortel celui-ci, du peuple élu ? Le roi déchu quitte Jérusalem assiégée. Il quitte la capitale de la terre promise. Il la fuit de nuit, le visage couvert au point …

Lire la suite »

L’homme n’existe pas.

Tribune de Melchior de Solages sur la PMA   Chose promise, chose due. La PMA pour personnes homosexuelles s’installe tranquillement dans le sillage du mariage pour tous. Jusqu’ici, elle n’était permise qu’aux couples hétérosexuels, sous condition d’être en âge de procréer et infertiles. Avec l’avis de la Cour de cassation du 22 septembre dernier, tout change ou plutôt, tout se met en place. C’est que le vote du mariage pour tous en mai 2013 rendait, depuis, intenable l’interdiction de la PMA aux personnes homosexuelles. Le mariage pour tous ayant entériné une conception de la famille dépourvue de toute racine anthropologique, l’interdiction de la PMA ne reposait plus que sur d’ignominieux vestiges homophobes. L’attachement à la « biologisation  de la filiation » – terme barbare pour n’indiquer rien d’autre que la nécessaire altérité homme-femme pour pouvoir procréer – dont se rendait coupable l’interdiction contrastait trop avec le déni de réalité de rigueur. Eh bien voilà que la Cour, d’un revers de robe rouge, vient docilement mettre un terme à cette incohérence fomentée par ceux-là même qui la dénonce. Et il est désormais considéré dans l’intérêt de l’enfant que de permettre son adoption par la conjointe de sa mère, aux dépens des troubles à …

Lire la suite »

Mgr YOUSIF THOMAS interview LCI

Mgr YOUSIF THOMAS intervient à LCI L’appel à l’aide pour l’Irak de l’archevêque de Kirkouk Monseigneur Yousif Thomas Mirkis, archevêque de Kirkouk et Souleymanieh était en visite en France du 19 au 30 septembre, à l’invitation de l’Institut Éthique et Politique Montalembert « À la France, à l’Europe et à toutes les personnes de bonne volonté, L’éradication des chrétiens et des minorités perpétrée par des terroristes autoproclamés « État islamique » en Irak depuis le 27 juillet 2014 engage le monde entier. La nature de la barbarie dont nous sommes témoins va au-delà ce qu’il nous est possible de concevoir. Son ambition dépasse aussi très largement les frontières de l’Irak. Au jour d’aujourd’hui, plus de 5 000 personnes commettant ces actes de violences inqualifiables sont des ressortissants européens ; 1 000 d’entre eux sont français. Ce génocide, qui est en particulier celui des chrétiens et des minorités irakiennes, veut être plus généralement celui de tout ce qui n’entre pas dans le projet totalitaire de l’État islamique, notamment de tout ce qui touche de près ou de loin à l’Occident. Si l’Europe veut continuer à jouir de la paix qu’elle connaît depuis 70 ans, il lui incombe d’agir sans attendre, de …

Lire la suite »

Droits de l’enfant, une avancée ou un péril ?

    Le 20 novembre prochain, nous fêterons les 25 ans de la convention des droits de l’enfant. Deux siècles après la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen, le monde, subitement, ressent le besoin de préciser les droits de l’enfant. Si louable que cela soit, ce n’est pas sans poser de multiples problèmes et le premier est de constater que les droits de l’Homme ne suffisent pas à protéger le plus faible d’entre eux, l’enfant. Devrait-on donc préciser, Déclaration des Droits de l’homme adulte (sans majuscule alors) ? Car qu’elle est la différence entre un enfant et un adulte ? La majorité légale ? C’est en tout cas ce que suggère l’article premier de cette convention. Ainsi, dans la nuit de ses 17 à 18 ans, l’enfant devient homme et n’a automatiquement plus les mêmes droits que la seconde avant minuit. Il y a là une aporie évidente qui coupe l’être humain en deux, comme une discontinuité. Or cette discontinuité est d’autant plus injustifiée qu’elle porte sur la dimension anthropologique de l’Homme. La convention, en effet, ne s’occupe pas de donner des droits civiques, comme la possibilité de voter, d’être jugé et les devoirs qui vont avec. L’objet de ce traité …

Lire la suite »

Soutenons les chrétiens d’Orient

L’Institut Ethique et Politique Montalembert lance une opération pour venir en aide à Monseigneur Yousif Thomas Mirkis, archevêque de KIRKOUK et SOULEYMANIEH. Comme vous le savez nous avons accompagné Monseigneur Yousif Thomas durant 10 jours pour lui permettre d’obtenir une tribune médiatique et rencontrer des responsables politiques afin qu’il puisse délivrer son message. Ce message se résume au travers de l’appel lancé par Monseigneur Yousif Thomas et que vous nous transmettons en PJ. En outre nous souhaitons apporter une aide humanitaire à Monseigneur Yousif Thomas nous lançons ainsi l’ « opération 750 familles ». Cette opération se veut : Concrète : Il s’agit d’aider les 750 familles que Monseigneur a recueillies depuis fin juillet. Monseigneur Yousif Thomas voudrait leur trouver un logement décent pour passer l’hiver et libérer ainsi les bâtiments qu’elles occupent actuellement (églises, écoles et camps de toile). Pour cela Monseigneur Yousif Thomas souhaite louer des maisons pour les reloger durant les six prochains mois. Le coût de ce relogement s’élève à 20 000 euros. Monseigneur Yousif Thomas voudrait également scolariser les enfants (près de deux mille). Cette scolarité est payante et s’élève à 20 000 euros pour l’ensemble des enfants. Elle permet d’entretenir les établissements, distribuer les …

Lire la suite »

Nous assistons à la lente mutation athropo-biologique de l’Homme

Le « mariage pour tous » est bien plus qu’un changement de civilisation. Il touche au plus intime de l’unité corps âme esprit. Il compromet donc la vérité anthropologique. Certes, nous n’avons pas attendu la loi Taubira pour cela. Les manipulations génétiques, l’enfant objet sont depuis plus de 50 ans entrés dans notre civilisation. Mais, d’une part, nous en voyons les excès et les graves incidences sur les personnes concernées, mais surtout cette loi donne un signe fort de cette androïdisation de notre société. En autorisant le mariage entre personnes de même sexe et donc en leur ouvrant tous les droits aux procréations et autres manipulations assistées, le gouvernement du changement fait de cette mutation génétique son modèle de société. Ce qui se confirme par d’autres lois (ou projets) récentes sur la bioéthique, l’euthanasie etc. En promouvant et finançant au même titre que les autres familles ces familles génétiquement artificielles, la société se donne un nouveau sens du bien et de la dignité. Désormais, l’individualisme est porté à son paroxysme au point que la société, dans un suicide aveugle, se condamne à très court terme (voir à ce sujet, l’assassinat ontologique). L’individu n’a que faire des autres. Il les utilise …

Lire la suite »

L’amour dans le mariage est aussi une responsabilité sociale.

Si nous ne pouvons aimer sans responsabilité (voir à ce sujet l’article parut sur Cyrano.net), se peut-il alors qu’un amour vrai entre deux personnes puisse nuire à d’autres ? Et voilà bien le nœud délicat du « mariage pour tous ». L’amour engage les amoureux et leur entourage, voire plus. Or le mariage n’est pas la reconnaissance de l’amour, mais de la place de cet amour dans la société. Il y a un lien intrinsèque et bien plus fort entre le mariage et la société qu’entre l’amour et la société. Si aimer se construit au fil des actes d’amour posés par le truchement de ce verbe aimer, l’amour reste libre et aucune loi ne peut ni autoriser ni interdire d’aimer. Au mieux (ou au pire selon les cas) la loi forcera à respecter ou à proscrire, elle règlera les aspects extérieurs de la relation amoureuse, mais toujours dans sa dimension sociale, c’est-à-dire du vivre ensemble pour le bien de toute la société. Ce qui intéresse la société c’est que cet amour, non seulement ne perturbe pas le bien commun, mais soit également un bien pour tous. Au-delà de cela, la société n’a rien à voir, ni à faire de l’amour …

Lire la suite »

le mariage entre droit et devoir, une responsabilité

La question dite du « mariage pour tous » est un maillage très subtil où l’amalgame et l’à-peu-près règnent en maîtres, entremêlant réalités objectives et brouillages affectifs. Tout d’abord le « mariage pour tous » touche au domaine le plus sensible de l’intimité humaine, l’amour. Qui sait vraiment de quoi il est question lorsque nous parlons d’amour ? Aimer, n’est-il pas aujourd’hui verbe plus galvaudé ? Comprenons-nous du reste encore que c’est un verbe et que, comme tel, il suppose action, mouvement et conséquence(s) et donc acteurs au pluriel. L’amour, au fond, est ce qui résulte de la manière avec laquelle nous conjuguons ce verbe aimer. Et il n’en va pas de même d’aimer les myrtilles, la nature, ses parents ou la femme de sa vie. La différence ne réside pas tant dans le degré d’amour pour la chose ou la personne aimée que dans l’objet de notre amour. Celui qui est l’objet de notre de notre amour va qualifier notre amour. Je peux aimer tout aussi parfaitement les myrtilles que ma femme. C’est la perfection de la myrtille ou de ma femme qui va changer cet amour. Je ne proportionne pas mon acte d’aimer à l’objet que j’aime, mais …

Lire la suite »

Nous devons défendre la Mosaïque religieuse au proche Orient !

Arabes, musulmans, Proche-Orient, Perses, … Ces noms que nous confondons parfois, renvoient, quand on plonge le nez dans ce qu’ils représentent vraiment, à une réalité extrêmement riche. On découvre un univers qu’on ignore. Même au niveau de la recherche universitaire, ce monde est en train d’être redécouvert. Et quelle découverte ! Qui sont donc les chrétiens au Proche-Orient ? L’intérêt pour l’institution « Eglise », l’étude historico critique du Coran, la prise de conscience de l’ancienneté des chrétiens dans le Proche-Orient, un autre rapport possible avec les musulmans, tout est une nouveauté pour nous, alors que cela ne devrait pas l’être. Le christianisme est né là-bas. Mais les chrétiens d’Orient souffrent de devoir rappeler trop souvent qu’ils ne sont pas l’héritage des Croisades ou de l’impérialisme occidental récent. Ils ne sont en rien extérieurs à l’identité de la région. Ils participent à sa définition. Des intellectuels chrétiens ont été très impliqués dans le renouveau de la langue arabe au XVIIIe siècle. L’arabe était la langue du christianisme avant de devenir la langue de l’Islam. Les désaccords entre les conciles des premiers siècles autant que les particularismes culturels ont créés des schismes entre les communautés chrétiennes : sont nées alors les …

Lire la suite »