ARTICLES RECENTS

Blasphème, liberté d’expression et post-démocratie

Les évènements du 7 au 11 janvier ont été l’occasion de beaucoup parler de la question du blasphème présenté comme la manifestation de la liberté d’expression et comme une véritable « valeur républicaine ». Le cri de « Je suis Charlie » poussé par plus de trois millions de manifestants en France se voulait un cri contre l’interdiction de blasphème dont « Charlie Hebdo » s’était fait le spécialiste dans l’univers du dessin et de la caricature.   L’interdiction du blasphème en Alsace et en Lorraine était présentée comme le signe d’un oubli du train de la modernité dans une région attardée où il faudrait rapidement changer les lois pour que tout un chacun puisse y blasphémer à son aise.   Pendant les jours qui ont suivi ces évènements, les « commentateurs » pouvaient, dans une seule et même phrase et sans même se rendre compte de la contradiction, parler des bienfaits du blasphème, expliquer qu’il s’agit là d’une façon de célébrer la liberté d’expression et interdire, dans le même souffle et si besoin est en ayant recours à la force, de toucher aux « valeurs de la République ».   Ces « commentateurs » en viennent même à jeter l’anathème sur ceux qui osent dire que la liberté d’expression a des limites …

Lire la suite »

Le nouveau parti que nous attendons !

L’État providence est à bout de souffle. Les politiques sont impuissants. Osons miser sur la société civile. C’est notre analyse . Redonnons aux Français « qui gouvernent déjà le réel », l’initiative ! Le message des français Les Français ont envoyé par les urnes depuis plusieurs élections un message très fort, y compris dans les messages que nombre d’entre eux ont refusé d’envoyer en s’abstenant, par choix. Un français sur deux ne se pas déplace plus et parmi ceux qui l’ont fait près de 10% refuse de s’exprimer en votant blanc ou nul. Le message est donc très clair, les français ne croient plus en la politique et en sa capacité de changer les choses. Il en est un qui a été largement passé sous silence: le vote en faveur de listes non étiquetées, divers droite comme divers gauche qui viennent singulièrement nuancer le succès dont se prévalent les états-majors politiques. Elles se sont constituées de manières spontanées hors des appareils politiques et réunissent des personnes de bonnes volontés qui ne se résignent pas. Elles obtiennet entre 10 et 15% des suffrages exprimés. Enfin, le vote en faveur du front National confirme également cette tendance. Les partis de gouvernement dans leur alternance …

Lire la suite »

« Tu ne tueras pas »

En votant ce mercredi 18 mars 2015 la loi « Claeys / Leonetti », la caste au pouvoir en France a fait franchir un nouveau seuil à notre pays dans sa longue déchéance politique et morale. Sous un vernis humanitaro-sentimental en effet, et qui plus est de manière hypocrite, le vote en faveur d’ »un traitement à visée sédative et antalgique provoquant une altération profonde et continue de la vigilance jusqu’au décès associé » 1] avalise dans son principe la pratique de l’euthanasie, et donc enfreint le sixième commandement. Depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir et les premières lois dites “sociétales“ que ses gouvernements ont porté, il est devenu courant de parler de “changement de civilisation“. Défendu par les soutiens au pouvoir actuel, vigoureusement dénoncé par ce qui reste de chrétiens lucides sur les implications culturelles et politiques de leur foi, le thème s’est imposé. Mais à vrai dire, l’expression est controuvée. Une civilisation quelle qu’elle soit suppose la reconnaissance et la défense de mœurs qui respectent la vie naturelle des hommes. L’interdit du meurtre, et ce quelles que soient les circonstances, en fait partie. En effet, cet interdit ne concerne pas que l’innocent, comme on le voit parfois écrit à tort : car …

Lire la suite »

Cercle MONTALEMBERT : Général TAUZIN

  Dans le cadre des rencontres du cercle Montalembert, l’Institut Ethique et Politique Montalembert (IEPM) a reçu le général TAUZIN le mardi 10 Mars 2015. Général de division, Didier Tauzin a occupé de nombreuses fonctions au sein de l’armée, des forces spéciales à l’insertion de jeunes défavorisés – il a créé l’Établissement Public d’Insertion de la Défense – en passant par la formation d’officiers et la réorganisation de l’armée de terre. Il a publié un ouvrage intitulé Rebâtir la France, le 19 janvier. Il y dresse un état des lieux : « La France va mal et elle désespère ». Aujourd’hui les problèmes sont tels que l’avenir et l’existence même de notre pays semblent compromis. L’économie est en berne mais pas seulement. La confiance des Français dans la politique s’estompe malheureusement comme le démontrent les résultats du cinquième baromètre de la confiance politique du CEVIPOF publiés en 2014. Que faire alors ? Avec l’aide d’une équipe composée d’’une centaine d’hommes et de femmes d’expérience ayant pour certains exercé des responsabilités importantes (chefs d’entreprise, professeurs d’université, un député, présidents d’association, etc.) le général Tauzin a décidé de s’engager en politique. Dans Rebâtir la France, il définit les conditions de redressement de notre pays …

Lire la suite »

VERS une VILLE ASSIMILATIVE

POUR un REGLEMENT VOLONTARISTE du PROBLEME des BANLIEUES   Les attentats du mois de janvier conduisent à s’interroger sur ce que l’on nomme « l’intégration » et qui est une usine à produire de l’exclusion, des fractures communautaires, du ressentiment. L’échec de l’intégration provient de phénomènes bien connus : une immigration massive et mal maîtrisée, une crise identitaire de la France elle-même qui n’affirme plus avec fierté ce qu’elle est et qui se laisse prendre aux pièges du multiculturalisme, une souveraineté économique, monétaire économique chancelante. Mais aussi, et peut être surtout, une géographie urbaine qui favorise la désintégration identitaire, ou plutôt qui est un kaléidoscope d’identités multiples, fractionnées voire fracturées, qui n’ont plus rien pour se réunir et que tout sépare désormais.   L’accueil des étrangers se fait essentiellement et généralement selon trois modalités :   Le multiculturalisme, où les peuples vivant dans le même pays coexistent en respectant a minima les lois du pays d’accueil mais exportent leurs modes de vie, leur culte et leur culture exposés visiblement dans l’espace public au sein d’un territoire déterminé qui est une enclave culturelle. L’intégration, qui est l’adhésion aux règles de fonctionnement et aux valeurs de la société d’accueil, ce qui n’interdit pas le maintien des différences …

Lire la suite »

L’ISLAM ET NOUS : le point de vue d’un professeur musulman égyptien

  Le journal Traces de la Communauté catholique Communion et Libération nous autorise à reproduire un article du professeur égyptien, musulman, Wael Farouq, publié dans leurs colonnes en février dernier. Que ses dirigeants en soient remerciés. Wael Farouq enseigne la langue arabe à l’Université américaine du Caire et travaille au rapprochement entre chrétiens et musulmans. Il livre dans cet article une analyse de la situation présente de l’Islam mais aussi de l’Occident qui nous semble pertinente en bien des points et mériter de ce fait notre attention. Elle présente l’intérêt évident d’attester que, par-delà les différences de culture et de religion, les hommes peuvent discuter et s’entendre, au moins jusqu’à un certain point, dès lors qu’ils acceptent de raisonner de manière honnête et non prévenue. Il y a une universalité de la foi, mais il y a aussi une universalité de la raison, et pour faible que cette dernière puisse bien souvent être, elle n’en demeure pas moins un bien précieux et nécessaire face aux passions violentes. Au-delà de cette présentation, nous nous permettons ici quelques remarques sur le contenu du propos de l’article. Tout d’abord, l’auteur commet une petite inexactitude lorsqu’il affirme qu’en « France, on a voté une loi …

Lire la suite »

Ubu se déchaîne

J’ai, depuis de nombreuses années, la sensation étrange de ne pas avoir le même monde sous les yeux que nombre de personnes, et plus encore l’amer sentiment de ne pas en comprendre les mêmes implications… Avec les attentats du 07.01.2015, que de déclarations incantatoires et guerrières de tous bords : la guerre, la guerre, la guerre !!! Et, depuis les manifestations du 11.01, forts du masque de l’unité nationale, que de « pieux mensonges déconcertants » évacuant les problèmes perturbants afin de masquer l’impuissance politique. Silence ! Surtout ne pas décrire la décomposition du corps social, le cynisme médiatique, la médiocrité des politiques publiques, l’improvisation budgétaire, la lâcheté des arrangements stratégiques, les calculs démagogiques, la responsabilité réelle des gouvernants et leurs faillites morales. Silence ! Offrir un artefact de consensus national médiatique, théâtralisé afin d’éviter de gouverner et se satisfaire d’une remontée mécanique des sondages commentée avec grandeur d’âme et héroïsme. Notre pouvoir politique se sentait-il tellement en sécurité et à l’abri, qu’il a complaisamment et méthodiquement mise à mal la sécurité et la défense française depuis vingt-cinq ans, sans réfléchir aux conséquences immédiates ou plus lointaines ? Dans le pays de Descartes et de Voltaire, il convient de s’accorder …

Lire la suite »

Mondialisation de l’indifférence

Que recouvre l’expression “mondialisation de l’indifférence”, employée par le Pape François, dans son message pour le Carême 2015 (4 octobre 2014) ? Dans ce court message, l’expression revient trois fois, mais le terme “indifférence” revient dix-neuf fois. Cette parole adressée en premier lieu aux catholiques, semble avoir plus une dimension morale que politique, et serait à ranger, comme toute bonne parole du Pape, dans la sphère du “privé”, voire du for interne. Ne s’inscrit-elle pas dans une démarche de conversion personnelle : “il arrive que, quand nous allons bien et nous sentons à l’aise, nous oublions sûrement de penser aux autres (ce que Dieu le Père ne fait jamais), nous ne nous intéressons plus à leurs problèmes, à leurs souffrances et aux injustices qu’ils subissent… alors notre cœur tombe dans l’indifférence : alors que je vais relativement bien et que je suis à l’aise, j’oublie ceux qui ne vont pas bien”[1] ? Néanmoins, l’expression “mondialisation de l’indifférence” nous intéresse à plusieurs titres. D’une part, le terme d’indifférence nous place d’emblée dans une relation à autrui, dans la famille, dans l’entreprise, dans la cité… D’autre part, nous savons que la qualité de la vie politique repose sur la qualité morale des personnes. …

Lire la suite »

Du libéralisme économique à l’économie responsable

    « Si vous amassez des richesses, n’y mettez pas votre cœur », Psaume 61 « Frères, vous avez été appelés à la liberté. Mais que cette liberté ne soit pas un prétexte pour votre égoïsme ; au contraire, mettez-vous, par amour, au service les uns des autres », Lettre aux Galates, 5   Contexte et objectifs L’Institut d’éthique politique Montalembert vise à formuler un point de vue de laïcs chrétiens sur la société française, en se basant sur la doctrine sociale de l’Eglise et en ancrant sa réflexion dans la prière. La commission Economie a commencé ses travaux en 2013 dans le contexte de crise économique aiguë que connaît la France. Alors que des courants libéraux renaissent dans un contexte de difficulté de la puissance publique à réduire ses dépenses sans amoindrir la solidarité, le présent article propose une réflexion sur l’économie de marché, fondée sur la méditation de la doctrine sociale de l’Eglise. Des positions fortement antagonistes s’expriment en effet en France, depuis longtemps, sur l’économie de marché et son intégration à une société fondée sur des valeurs chrétiennes : certains penseurs libéraux affirment que l’Eglise ne peut prétendre orienter le fonctionnement de l’économie ; l’Eglise appelle les libéraux à remettre en cause leurs …

Lire la suite »