Accueil » Documents de présentation IEPM » Notre Voeu pour 2015 : Que les chrétiens retrouvent leur Liberté d’expression

Notre Voeu pour 2015 : Que les chrétiens retrouvent leur Liberté d’expression

La liberté du Chrétien : Participer aux débats publics

Ce début d’année a été marqué par des événements tragiques pour notre pays.

La vie politique en France est en pleine effervescence : Des débats nombreux agitent la société dans toutes ses composantes révélateurs des préoccupations des français (l’avenir de la civilisation, le pouvoir d’achat, l’immigration, le communautarisme, la famille, l’éducation etc…

Il y a beaucoup de doutes qui se manifestent relatifs à la capacité des responsables politiques à être à la hauteur de tous ces enjeux.

Il est donc légitime qu’après tous ces  débats à propos desquels les communautés chrétiennes se sont mobilisées en masse, une réflexion sur l’engagement des chrétiens en politique soit engagée.

Quelle  forme ? Quel parti ?

Dans ce contexte, L’Institut Éthique et Politique Montalembert a rédigé cette petite contribution pour répondre à cette interrogation cruciale : « Comment vivre en tant que chrétiens dans la société?».

Le premier point est décisif. Le premier niveau d’influence qu’une communauté chrétienne vivante puisse avoir sur la politique, se manifeste par sa propre existence dans la mesure où celle-ci implique un espace et des moyens d’expression.

De par sa nature, elle ne demande pas le privilège exclusif de la liberté d’exister et d’expression, mais plutôt la reconnaissance pour tous du droit à une telle liberté.

Par conséquent, par le seul fait d’exister, les communautés chrétiennes – si elles sont authentiques – s’avèrent être les garants et les promoteurs d’une démocratie essentielle.

En ce sens, la multiplication et l’expansion des communautés chrétiennes vivantes ne peuvent que susciter la création et le développement d’un mouvement à l’influence grandissante sur la société.

L’expérience chrétienne devient ainsi l’un des acteurs de la vie civile en nouant un dialogue constant et en se confrontant à toutes les autres forces la composant.

De là découle le second point : Une communauté chrétienne véritable vit en constante relation avec les autres hommes dont elle partage totalement les besoins et préoccupations, et dont elle mesure avec acuité les problèmes.

Cette communauté cultivant une profonde expérience fraternelle en son sein dispose d’une méthode pour affronter les problèmes communs.

Elle peut offrir sa collaboration spécifique aux autres réalités de la société où elle se situe.

Ces deux passages sont des préalables nécessaires pour parvenir au troisième niveau, celui de l’engagement de quelques-uns dans la vie politique active :

Lorsque l’on passe de la phase de sollicitation et d’animation politico-culturelle à celle de l’engagement politique vrai et juste, ce n’est plus la communauté en tant que telle qui s’engage, mais ce sont les personnes individuellement qui, avec leur propre responsabilité – même si elles sont formées par la vie concrète de la dite communauté – s’investissent dans la recherche d’autres instruments d’influence politique aussi bien théoriques que pratiques.

Certains peuvent s’engager, et d’autres non. Et ceux qui s’engagent le font selon des modalités différentes, qui dépendent des conditions historiques, des circonstances, de mille facteurs…

Mais celui qui lit avec attention les deux premiers points y trouvera des éléments de réflexion qui vont bien au-delà d’un rendez-vous électoral.

Que signifie, par exemple, le fait qu’une « communauté chrétienne vivante » est, de par sa nature même, un sujet qui a une certaine influence dans la société ? Et que signifie vraiment le fait d’être présents, d’avoir une influence ? Est-ce une question de partis ? De pouvoir ? Ou est-ce, avant tout, autre chose ? Et quelle est la place de la foi dans tout cela ? Quelle aide peut-elle apporter ? De quelle manière, en somme, « l’intelligence de la foi » peut-elle devenir « intelligence de la réalité » – comme nous l’a rappelé sans cesse Benoît XVI – dans toutes les circonstances de la vie, que ce soit la famille, l’économie, le travail, et jusqu’à la politique ?

Dans les travaux de l’ I E PM, vous trouverez des instruments et des propositions qui vous permettront d’approfondir votre propre réflexion. Ces pistes ne sont que le point de départ d’un travail, qui permet de mieux comprendre. Et donc de vivre.

L’IEPM propose donc d’accompagner toutes les personnalités politiques dans leur engagement dans une relation attentive, amicale et toujours renouvelée.

Emmanuel Du Laurens

Check Also

Reconversion de Sainte Sophie ( Hagia Sophia) en Mosquée

L’IEPM veut dénoncer avec de nombreuses personnalités cette décision comme un manque de respect à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.