Accueil » Événements » Accompagnement d'une personnalité » Action de l’IEPM auprès de MGR Youssef Thomas MIRKIS
Mgr MIRKIS entouré de François Fillon et d'Emmanuel Du LAURENS ( Président de l'IEPM)

Action de l’IEPM auprès de MGR Youssef Thomas MIRKIS

L’institut Montalembert a accompagné Mgr Youssef Thomas MIRKIS en octobre 2014 en soutien à la cause des chrétiens d’orient.

Cette initiative a permis de rencontrer de nombreuses personnalités politiques pour les sensibiliser au sort des chrétiens d’orient et particulièrement ceux réfugiés dans le diocèce de KIRKOUK et SOULEYMANIEH.

Nous avons pu donner aussi une dimension médiatique à ce travail en proposant à nos contacts médias plusieurs articles et interview.

Vous trouverez ci-dessous une compilation des informations concernant cette action !

 

1/ Soutien aux Chrétiens d’Orient de Monsieur Laurent WAUQUIEZ (ancien ministre)

Rencontre avec Monseigneur Youssef Thomas Mirkis

Mercredi, j’ai eu la chance de recevoir à l’Assemblée Nationale, Monseigneur Youssef Thomas Mirkis, Archevêque de Kirkouk (Irak). Nous avons longuement échangé sur la situation des Chrétiens d’Orient.

Monseigneur Youssef Thomas a évoqué les massacres épouvantables commis par les combattants de l’Etat islamique.

Certains Chrétiens du Kurdistan Irakien ont eu peur de rester à Kirkouk car la frontière avec l’Etat islamique n’est qu’à une vingtaine de kilomètres. La ville est donc à portée des tirs de mortiers.

Les islamistes ont miné tous les terrains, ce qui complique la situation sur place et empêche le retour des populations

Monseigneur Youssef Thomas a organisé dans son diocèse l’accueil des familles réfugiées. Il assure seul la logistique pour la livraison d’eau et de vivres pour ces personnes. Tout est très précaire. C’est un soutien concret indispensable pour ces nombreuses familles.

C’est une belle leçon de vie et un soutien indispensable aux Chrétiens d’Orient.

2/ Jean-Christophe Fromantin reçoit Mgr Thomas, archevêque en Irak

Le député-maire de Neuilly, dans le cadre de ses fonctions de Vice-président du groupe d’études sur les Chrétiens d’Orient à l’Assemblée Nationale, a reçu Monseigneur Youssef Thomas, archevêque de Kirkouk en Irak, le lundi 22 septembre à l’Hôtel de Ville.

Il est archevêque chaldéen de Kirkouk depuis 2013. Le diocèse s’étend entre les provinces administratives des villes de Kirkouk et de Souleymanieh au Kurdistan Irakien.

familles s’est réfugiée à Kirkouk, logée principalement dans des églises et des écoles. 400 autres familles se sont réfugiées à Souleymanieh. Certains chrétiens ont eu peur de rester à Kirkouk car la frontière avec l’État islamique n’est qu’à une vingtaine de kilomètres. La ville est donc à portée des tirs de mortiers.

Mgr Youssef Thomas a organisé dans son diocèse l’ensemble de l’accueil des réfugiés. Mgr Thomas assure seul la logistique pour la livraison d’eau et de vivre pour ces personnes.

Mgr Thomas est venu en France pour témoigner des souffrances des Chrétiens d’Irak et particulièrement dans son diocèse, situé à proximité de l’État Islamique. Jean-Christophe Fromantin l’a reçu tout d’abord en tête à tête, puis a réuni des élus neuilléens et plusieurs responsables religieux de Neuilly, Nanterre et Paris afin de débattre de la situation alarmante en Irak.

Étaient présents : Mgr de Woillemont, Vicaire général du diocèse de Nanterre, Mgr Aybram, Vicaire Épiscopal, Paroisse Saint-Jean Baptiste, Père Hervé Rabel, Paroisse St Pierre, Père Pierre Chollet, Paroisse St Pierre, Me Jean-Marcel Nataf, Vice Président de la Communauté Juive de Neuilly, Alberto Gabai, Membre du Comité Directeur du FSJU, Philippe Pele-Clamour, Président de la Communauté Protestante et Pasteur Bruno Gaudelet, Eglise Réformée de Neuilly.

Également présents : Pierre Juston, Conseiller municipal, Président de Bible à Neuilly, Vice-Président du Collectif de Défense des Minorités Religieuses, Alexandra Fourcade, 1ère Adjointe au maire, Nathalie Etzenbach, Adjointe au Maire, Maryline Sfedj, Adjointe au Maire, Emmanuelle d’Orsay, Adjointe au Maire, Olivier Larmurier, Adjoint au Maire, François Le Stang, Adjoint au Maire, Alia Atieh, Conseillère municipale délégué, Philippe Giry-Deloison, Conseiller municipal délégué, Laurence Michelangeli, Conseiller municipal délégué, François-Xavier Dupont, Conseiller municipal délégué, Véronique de Fougeroux, Conseiller municipal, Caroline Monin, Conseiller municipal, Adjointe au Maire.

 3/ CHRETIENS D’IRAK

« Nous avons perdu la barakah »

par David Victoroff

28/09/2014 – Rencontre avec Monseigneur Yousef Thomas Mirkis, archevêque chaldéen de Kirkouk.

L’émotion était grande, ce jeudi soir 25 septembre dans l’église du couvent dominicain de l’Annonciation, Faubourg Saint-Honoré à Paris. Le frère prieur Eric de Clermont-Tonnerre recevait avec l’Institut Montalembert, l’Archevêque chaldéen de Kirkouk, ville située aux confins des pays kurdes et arabes, au nord-est de ce pays aujourd’hui à feu et à sang. Chrétiens français mais aussi irakiens étaient venus écouter le prélat, encore sous le choc des événements dramatiques du Moyen-Orient et bouleversés par la nouvelle toute récente de l’assassinat de notre compatriote Hervé Gourdel. Tous n’étaient sans doute pas familiers des complexités de l’histoire et de la géopolitique irakienne mais tous se sentaient en communion avec nos frères d’Orient persécutés pour leur foi.

Monseigneur Mirkis était venu pour porter témoignage de leur souffrance mais aussi éclairer ceux d’entre nous qui ignorent les subtilités de ce pays compliqué. « Si vous croyez avoir compris ce pays, c’est qu’on vous a mal expliqué », disait-on autrefois du Liban. C’est encore plus vrai de l’Irak dit l’évêque de Kirkouk dans un français parfait : il a étudié l’ethnologie à Strasbourg et à Nanterre justement pour comprendre l’enchevêtrement des peuples, des langues, des religions et des cultures qui composent la mosaïque irakienne. Diverse, l’Irak est une vieille culture, la plus ancienne du monde, a-t-il rappelé en évoquant l’écriture inventée par les Sumériens il y a plus de 5000 ans. L’Irak est un monde de la religion. Abraham est irakien. C’est lors de l’exil à Babylone que les juifs ont écrit une grande partie de la Bible et des psaumes. L’ancienne Mésopotamie, pays de foi, est aussi un pays de culture : on dit que l’Egypte écrit, que le Liban imprime et que l’Irak lit.
C’est aussi un pays riche : eau, pétrole, soleil, neige, bref tout pour rendre un pays beau, heureux et prospère.
Alors comment expliquer la violence inimaginable dans laquelle l’Irak est plongé depuis tant d’années ? 100 morts par jour au moins, la nouvelle d’une tragédie chassant l’autre au point que l’on finit par s’habituer à l’horreur quotidienne… Une révolte contre les frontières tracées artificiellement pendant la première guerre mondiale partageant les dépouilles de l’empire turc entre Français et Britanniques par les accords Sykes-Picot ? La chute de la royauté, la guerre contre l’Iran, la première guerre du Golfe en 1991, la seconde en 2003… « A soixante-cinq ans, je n’ai jamais connu la paix », témoigne Monseigneur Yousef Mirkis qui a fait cinq ans de service militaire.

Les Américains, en faisant tomber Saddam Hussein, ont ouvert la boîte de Pandore, pense l’évêque. Mais faut-il pour autant regretter la dictature ? Il ne faut jamais comparer deux malheurs, estime-il.
Pourtant, aujourd’hui, on assiste, avec Isis ou Daech (noms qui désignent le pseudo Etat islamique NDLR) à une concentration de l’horreur qui nous déboussole, poursuit-il, face à laquelle nous sommes aussi désemparés que les apôtres à la veille du vendredi saint. Un drame qu’il compare à la révolution culturelle chinoise qui a fait 100 millions de morts, passés largement sous silence au nom du politiquement et de l’économiquement correct. Mgr Yousef rend hommage aux héros qui sont morts pour défendre les droits de l’homme en Irak, qu’il compare aux justes parmi les nations qui ont sauvé des juifs pendant la seconde guerre mondiale. Mais il dénonce aussi une majorité silencieuse aussi dangereuse que l’Isis.
« Nous avons perdu la barakah, mot arabe difficilement traduisible, entre la grâce et la sagesse » se désole Mgr Yousef : 130 000 chrétiens ont fui au Kurdistan. Les malades, qui ne pouvaient pas partir, ont été sortis par les islamistes de leur lit d’hôpital et contraints d’abjurer leur religion. Le sort des Yazidis est pire encore que celui des chrétiens (massacres, vente des femmes en esclavage…).

Face à l’horreur, faut-il fuir ? Ce ne sont pas les 201 visas accordés à ce jour par la France qui peuvent résoudre le sort des 400 000 chrétiens irakiens. Mais « on fuit parce que l’on n’ose pas affronter le mal » estime Yousef Mirkis qui compare Daech au Rhinocéros de Ionesco. « Partout dans le monde il y a des messes qui sont comme des étoiles dans la nuit noire. A Mossoul, voilà deux mois qu’il n’y a pas eu de messe. Cela n’était pas arrivé depuis quinze siècles… »
L’œil du cyclone est chez nous, constate l’évêque, mais l’Occident est concerné : 1000 français, 1000 anglais ont rejoint les rangs d’Isis, une organisation gavée de l’argent du pétrole. Aidez-nous ! a lancé l’évêque, afin que les chrétiens qui sont le sel de l’Irak ne soient pas chassés de cette terre de religion.
A l’issue de ce vibrant témoignage l’assemblée a répondu à l’invitation de l’archevêque de prier pour tous, y compris ceux qui par leur violence défigurent le monde.

Pour approfondir
Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg et titulaire d’un DEA en anthropologie de Nanterre, Mgr Youssef Thomas Mirkis est un frère dominicain qui a vécu trente ans à Bagdad avant d’être ordonné archevêque de Kirkouk en janvier dernier. L’ordre dominicain est présent en Irak depuis 1750 et le couvent de Mossoul a été fondé en 1862. Les dominicains d’Irak sont rattachés à la province de France dont le frère Eric de Clermont-Tonnerre fut prieur. Les dominicains ont accomplis en Irak une mission évangélisatrice et missionnaire et une œuvre importante de diffusion des textes chaldéens et syriaques. Ils ont fondé la première imprimerie d’Irak.

4/ Mgr Thomas sur LCI : « La vraie victime ? Ces milliers de personnes qui ont perdu leurs pays »

http://videos.tf1.fr/infos/2014/mgr-thomas-la-vraie-victime-ces-milliers-de-personnes-qui-ont-8490758.html

Monde – 1min 01s – Le 25 sept. à 00h04

Dans LCI Soir, Monseigneur Youssef Thomas, évêque de Kirkouk et de Souleimaniye en Irak, de passage à Paris, explique que « la vraie victime n’est pas seulement Hervé Gourdel… la vraie victime c’est les centaines, les milliers de gens qui ont perdu leurs vies, leurs maison, leurs pays. »

Source vidéo : Mgr Thomas : « La vraie victime ? Ces milliers de personnes qui ont perdu leurs pays »

5/ Rencontre avec Hérvé MARITON

Hervé Mariton‏@HerveMariton23 sept.

Avec Monseigneur Youssef, archevêque de Kirkouk en Irak, pour évoquer la situation des #ChretiensdOrient pic.twitter.com/iO3jusLlvb

Mr Hervé Mariton député Maire ancien secrétaire d’état, candidat à la présidence de l’UMP

6/ Intereview sur Radio Notre Dame 

Le Vendredi 26 septembre 2014 à 11:21 par Marion Duchêne dans Témoignage

Mgr Yousif Thomas Mikris, archevêque chaldéen de Kirkuk et Soulaimanya en visite en France, évoque la situation dramatique des réfugiés irakiens et parle de « Troisième Guerre Mondiale ». Entretien exceptionnel.

Mgr Mikris avec Elodie Dambricourt et Marie-Leïla Coussa

Réécouter Ecclesia Magazine présentée par Elodie Dambricourt

Mgr Mikris, Comment allez-vous ?

Cette question est trop vaste. Il y a moi personnellement, et il y a tout mon peuple qui est dans l’œil du cyclone qui souffre depuis 2 mois, ballotté par les soucis quotidiens. Il y a 130 mille chrétiens qui ont été poussés à s’exiler de Mossoul et des villes et villages alentours. En moins de 24 heures, ils ont dû tout laisser, tout abandonner. C’est vraiment quelque chose de très dur que nous vivons quotidiennement. La souffrance est telle que nous ne pouvons prendre du recul pour donner un sens. On est dans la survie, mais il faudrait vite que l’on retombe sur nos pieds, c’est-à-dire essayer de nous ressaisir et essayer de comprendre. Nous sommes un peu dans la situation des apôtres au lendemain du Vendredi Saint. Le Samedi Saint a toujours été le centre de notre réflexion : quand Dieu semble absent, lointain, on crie et il ne répond pas : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? ». Mais, à ma connaissance, personne n’a abjuré sous la pression des djihadistes.

Quelle est la présence de l’Etat islamique en Irak ?

Soulaimanya est située dans la région du Kurdistan. Kirkuk est historiquement disputée par le gouvernement central et la région du Kurdistan, mais avec l’avancée de l’EI, on a mis les conflits sous le boisseau, pour faire face à l’ennemi commun de tous. Les choses changent, non pas en mois, mais en heures. Les sunnites qui ont accueilli à bras ouverts l’EI, croyant qu’ils allaient être libérés du joug chiite, aujourd’hui, ils le regrettent. Ils sont prêts à collaborer avec le gouvernement irakien et avec les Kurdes pour tenir tête aux djihadistes. Mais malheureusement, ils le paient de leur vie. J’ai appris qu’il y avait une prison à Mossoul, rien que pour les chefs religieux musulmans sunnites, pour les endoctriner et les empêcher de prêcher. Il y a des martyrs musulmans. Il ne faut pas oublier ces héros qui meurent pour les droits de l’homme et la vérité. La majorité des gens se sont trompés en croyant que l’EI allait leur apporter quelque chose, aujourd’hui, ils ne savent plus quoi faire, tout le monde est perdu. Et puis, nous n’étions pas préparés, car ce n’est pas une guerre normale. Ce n’est ni une guerre chaude, ni une guerre froide. C’est une guerre contre des groupuscules, des gens qui n’ont aucune loi, qui tuent des enfants, des civils, des vieillards. C’est une guerre d’un nouveau genre.

On a l’impression que l’Etat islamique est partout ?

Ce n’est pas une impression, c’est une vérité à laquelle vous devez vous préparer. Vous vous avez un seul Mohamed Mehra, nous nous en avons 10 000. Et c’est ça qui nous fait peur. Il ne faut pas se contenter des frappes aériennes. La frilosité des Américains, les hésitations des Européens et la façon avec laquelle ils veulent toucher seulement avec un doigt, ce n’est pas ça qu’il faut faire. Il faut vraiment y aller parce que chaque jour fait reculer la paix mondiale d’une façon vertigineuse.

Le pape a parlé des prémices d’une Troisième Guerre Mondiale.

C’est tout à fait le cas. C’est tout à fait vrai. Il y a des gens qui sont décidés en face de nous, à vraiment mourir pour leur cause. Ils ont vécu un lavage de cerveau, ils ont été entraînés à mourir. Les Kurdes ont proposé un échange de prisonniers aux djihadistes. L’EI leur a répondu qu’il ne faisait pas de prisonniers : « On les a tués, vous pouvez tuer les nôtres ». La vie n’a pas de prix, la personne humaine n’a pas de prix et tout ça au nom de Dieu. Quand on regarde les films sur internet, le peu de choses que nous savons de ces gens-là, c’est qu’ils sont cagoulés, mais la moyenne d’âge est souvent de 15 à 21 ans. Ce sont beaucoup d’Européens, 1 000 Français, 1 000 Anglais, des centaines de Tchétchènes. Tous ces gens ont pu se concentrer dans cette région et laisser libre cours à leur haine et à leur soif de tuer. Il faut vraiment faire quelque chose rapidement au niveau mondial.

Beaucoup s’interrogent sur la nature même de l’islam, pensant qu’elle est dangereuse. Abondez-vous dans ce sens ?

Il ne faut pas faire d’amalgames, il ne faut pas mélanger. Parce que toutes les religions ont la tentation devenir des idéologies. Si le Christ dans le « Notre Père » nous dit, « ne nous soumets pas à la tentation mais délivre-nous du mal », c’est parce que le mal est très proche, le mal est peut-être dans l’utilisation des versets saints. Il ne faut pas mélanger la religion et les hommes. Chaque religion doit nettoyer sa maison. Je dis aux musulmans, comme nous avons fait notre aggiornamento, vous devez réformer votre religion. Apprenez de nous, nous sommes vos aînés, nous avons précédé de 600 ans l’islam. Tout verset pris à la lettre tue.

Que pensez-vous des politiques que vous avez rencontrés ?

Je demande aux politiques d’être courageux et d’oser. Je félicite le ministre des Affaires étrangères français qui a été le premier à appeler à une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, le 7 août. L’opposition et la majorité ont tous joué la même note. Au nom des Irakiens, je dis merci.

Un mot encore sur les réfugiés irakiens.

La lettre « N », pour Nassarah, terme qui désigne les chrétiens dans le Coran, a été inscrite sur leurs portes, le jour où ils ont quitté Mossoul. Quand j’ai vu ça, cela m’a rappelé l’étoile de David. Donc aujourd’hui, il y a un nouveau nazisme qui est en train de sévir dans notre pays et dans notre région, c’est trop dangereux de laisser faire. Pour les réfugiés, il faut aussi penser à l’hiver qui va arriver.

Pour aider financièrement les chrétiens d’Irak et les autres minorités :

Institut Montalembert, 6 rue Aristide Briand 92300 Levallois-Perret : adressez vos dons à Emmanuel de Laurens.

L’Oeuvre d’Orient

7/ Rencontre publique : 25ème rencontre de l’Espérance

En union avec nos frères d’Irak

Samedi 20 septembre 2014,
la messe de 18h,
dans l’église, sera célébrée en union
avec nos frères d’Irak et tous les chrétiens irakiens.
Elle sera présidée par notre Frère Mgr Yousif-Thomas Mirkis, évêque de Kirkouk, pour la communauté chaldéenne.
Elle sera suivie, dans l’église, de témoignages et d’informations
sur la situation actuelle de ces communautés.

Jeudi 25 septembre 2014 à 20h
Conférence, dans le cadre des 20° Rencontre de l’Espérance :
« Martyrs irakiens : peuvent-ils résister ? »
en la présence de notre Frère Yousif Thomas Mirkis.

 En union avec nos frères d’Irak

Conférence sur la situation en Irak

Le jeudi 25 septembre de 20h00 à 22h00

par notre Frère Mgr Yousif-Thomas Mirkis
Salle Albert le Grand
Télécharger le tract

8/ rencontre publique du 26/09 : Semeurs d’espérance

9/ Interview chez KTO

http://www.ktotv.com/videos-chretiennes/emissions/nouveautes/a-la-source-le-changement-climatique,-la-pma-et-l-actu-de-la-semaine/00088097

A LA SOURCE

Le changement climatique, la PMA et l’actu de la semaine

Diffusé le 23/09/2014 / Durée 26 mn

Au sommaire de cette édition d’A la source : Le changement climatique qui inquiète les Nations unies et les chrétiens du monde entier, la Procréation médicalement assistée au coeur de l’actualité judiciaire en France, la cause de canonisation du père Popieluszko qui avance dans le diocèse de Créteil. Le dossier du jour portera sur les frappes aériennes, Daech et la situation en Irak. Plus précisément sur ce qui se passe en ce moment du côté de Kirkouk dont l’archevêque chaldéen, Mgr Yousif Thomas Mirkis, est venu nous parler.

10/ Article Valeurs Acteulles :

http://www.valeursactuelles.com/monde/appel-mgr-yousif-thomas-mirkis-france-europe-toutes-personnes-bonne-volonte

Monde

Mardi 30 Septembre 2014 à 18:30 (mis à jour le 30/09/2014 à 18:44)

L’appel de Mgr Yousif Thomas Mirkis à la France, à l’Europe et à toutes les personnes de bonne volonté

Par

Louis de Raguenel

Mgr Yousif Thomas Mirkis : « Si l’Europe veut continuer à jouir de la paix qu’elle connait depuis 70 ans, il lui incombe d’agir sans attendre, de la même manière que les Etats-Unis décidèrent de s’engager aux côtés de leurs alliés dans la Deuxième Guerre mondiale ». Photo © ACN AED

Chrétiens d’Orient. Monseigneur Yousif Thomas Mirkis, archevêque de Kirkouk et de Souleymanieh en Irak pousse un cri d’alarme. En visite en France pour rencontrer les plus hautes autorités de
l’Etat, l’archevêque chaldéen de Kirkouk plaide pour que l’Europe aide les chrétiens d’Orient à pouvoir vivre sur leur terre. Il appelle également à la responsabilité du monde entier pour lutter contre l’Etat islamique.

L’éradication des chrétiens et des minorités perpétrée par l’état islamique en Irak depuis le 27 juillet 2014 engage le monde entier.

La nature de la barbarie dont nous sommes témoins va au-delà de ce qu’il nous est possible de concevoir. Son ambition dépasse aussi très largement les frontières de l’Irak. Aujourd’hui, plus de 5.000 personnes commettant ces actes de violences inqualifiables sont des ressortissants européens ; 1.000 d’entre eux sont français.

Ce génocide, qui est en particulier celui des chrétiens et des minorités irakiennes, veut être plus généralement celui de tout ce qui n’entre pas dans le projet totalitaire de l’état islamique, notamment de tout ce qui touche de près ou de loin à l’Occident.

Si l’Europe veut continuer à jouir de la paix qu’elle connait depuis 70 ans, il lui incombe d’agir sans attendre, de la même manière que les Etats-Unis décidèrent de s’engager aux côtés de leurs alliés dans la Deuxième Guerre mondiale.

La solution ne consiste pas dans la fuite des chrétiens et des minorités d’Irak. Le monde pourrait-il d’ailleurs d’un coup accueillir les 400.000 chrétiens comme réfugiés, sans compter les autres minorités, qui ont jusqu’alors échappé aux massacres ? Et où fuir quand il est aisé de voir que ce qui se passe en Irak peut, comme un virus, très vite contaminer l’ensemble du monde s’il n’est pas jugulé sur son périmètre d’action actuel ?

La France, l’Europe et toutes les personnes de bonne volonté doivent permettre aux chrétiens et aux minorités d’Irak de rester sur leur terre et aux différentes communautés irakiennes de retrouver des raisons de vivre ensemble.

La mosaïque des peuples du Moyen-Orient représente une richesse millénaire. Si les habitants de Mésopotamie (Irak aujourd’hui) sont chrétiens depuis l’an 50 après Jésus-Christ, la Mésopotamie concentre un trésor et un patrimoine qui sont, à bien des égards, communs à l’humanité toute entière.

La paix est encore possible en Irak tout comme elle l’est aussi en France, en Europe et dans le reste du monde. Dans le contexte qui est aujourd’hui le nôtre, l’une ne se fera pas sans l’autre.

Monseigneur Yousif Thomas Mirkis est Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg et titulaire d’un DEA en anthropologie de Nanterre.

11/ Article La Croix

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/L-appel-a-l-aide-pour-l-Irak-de-l-archeveque-de-Kirkouk-2014-10-01-1214660

L’appel à l’aide pour l’Irak de l’archevêque de Kirkouk

Monseigneur Yousif Thomas Mirkis, archevêque de Kirkouk et Souleymanieh était en visite en France du 19 au 30 septembre, à l’invitation de l’Institut Éthique et Politique Montalembert

P.RAZZO/CIRIC/

Mgr Youssef Thomas Mirkis lors de la messe pour les chrétiens d’Irak à Paris.

P.RAZZO/CIRIC/

Mgr Youssef Thomas Mirkis lors de la messe pour les chrétiens d’Irak à Paris.

Avec cet article

Où et comment témoigner sa solidarité aux chrétiens d’Irak ?

La guerre s’intensifie en Irak et en Syrie

Les députés britanniques se prononcent sur l’intervention en Irak

Daech, un message de sang

Il a lancé un appel à l’aide pour l’Irak, dénonçant le « génocide » perpétré contre les chrétiens et les minorités et le « projet totalitaire de l’État Islamique » (Daech).

« À la France, à l’Europe et à toutes les personnes de bonne volonté,

L’éradication des chrétiens et des minorités perpétrée par des terroristes autoproclamés « État islamique » en Irak depuis le 27 juillet 2014 engage le monde entier. La nature de la barbarie dont nous sommes témoins va au-delà ce qu’il nous est possible de concevoir. Son ambition dépasse aussi très largement les frontières de l’Irak. Au jour d’aujourd’hui, plus de 5 000 personnes commettant ces actes de violences inqualifiables sont des ressortissants européens ; 1 000 d’entre eux sont français.

> Lire notre dossier Irak

Ce génocide, qui est en particulier celui des chrétiens et des minorités irakiennes, veut être plus généralement celui de tout ce qui n’entre pas dans le projet totalitaire de l’État islamique, notamment de tout ce qui touche de près ou de loin à l’Occident.

Si l’Europe veut continuer à jouir de la paix qu’elle connaît depuis 70 ans, il lui incombe d’agir sans attendre, de la même manière que les États-Unis décidèrent de s’engager aux côtés de leurs alliés dans la Deuxième Guerre mondiale.

La solution ne consiste pas dans la fuite des chrétiens et des minorités d’Irak. Le monde pourrait-il d’ailleurs d’un coup accueillir les 400 000 chrétiens comme réfugiés, sans compter les autres minorités, qui ont jusqu’alors échappé aux massacres ? Et où fuir quand il est aisé de voir que ce qui se passe en Irak peut, comme un virus, très vite contaminer l’ensemble du monde s’il n’est pas jugulé sur son périmètre d’action actuel ?

La France, l’Europe et toutes les personnes de bonne volonté doivent permettre aux chrétiens et aux minorités d’Irak de rester sur leur terre et aux différentes communautés irakiennes de retrouver des raisons de vivre ensemble.

La mosaïque des peuples du Moyen-Orient représente une richesse millénaire. Si les habitants de Mésopotamie (Irak aujourd’hui) sont chrétiens depuis l’an 50 après Jésus-Christ, la Mésopotamie concentre un trésor et un patrimoine qui sont, à bien des égards, communs à l’humanité tout entière.

La paix est encore possible en Irak tout comme elle l’est aussi en France, en Europe et dans le reste du monde. Dans le contexte qui est aujourd’hui le nôtre, l’une ne se fera pas sans l’autre. »

Monseigneur Yousif Thomas Mirkis

Contact : [email protected] ou [email protected]

 

12/ Monseigneur YOUSSEF THOMAS avec Mr Nicolas SARKOZY ancien Président de la République en présence de Mr Farag benoir KAMOURA ( Fraternité en Irak) et Julie FAURE TROLLE( Institut Montalembert)

 

13/ Monseigneur YOUSSEF THOMAS en visite à l’ELYSEE

Entouré par Emmanuel Du Laurens (Président de l’Institut Montalembert) et de Namrod KOSO entrepreneur Franco Irakien proche de l’Institut Montalembert

Rencontre avec Mr Bernard POIGNANT conseiller spécial du Président de la République

14/ Article LE MONDE

  La France, l’Europe doivent secourir les civilisations en danger en Irak et en Syrie

Monseigneur Yousif Thomas Mirkis, archevêque de Kirkouk et de Souleymanieh en Irak, lance cet appel aux Européens. Il en va de la sécurité de l’Europe

http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/10/07/la-france-l-europe-doivent-secourir-les-civilisations-en-danger-en-irak-et-en-syrie_4502066_3232.html

France, l’Europe doivent secourir les civilisations en danger en Irak et en Syrie

Le Monde.fr | 07.10.2014 à 16h52

 

 

Selon le Haut-Commissariat pour les réfugiés des Nations unies (HCR), la seule région du Kurdistan, dans le nord de l’Irak, abrite quelque 600 000 déplacés, dont de nombreux chrétiens et yézidis. | AP/Khalid Mohammed

L’éradication des chrétiens et des minorités perpétrée par l’« Etat Islamique » en Irak depuis le 27 juillet 2014 engage le monde entier.

La nature de la barbarie dont nous sommes témoins va au-delà ce qu’il nous est possible de concevoir. Son ambition dépasse aussi très largement les frontières de l’Irak. Au jour d’aujourd’hui, plus de 5 000 personnes commettant ces actes de violences inqualifiables sont des ressortissants européens ; 1 000 d’entre eux sont français.

Ce génocide, qui est en particulier celui des chrétiens et des minorités irakiennes, veut être plus généralement celui de tout ce qui n’entre pas dans le projet totalitaire de l’EI, notamment de tout ce qui touche de près ou de loin à l’occident.

Si l’Europe veut continuer à jouir de la paix qu’elle connait depuis 70 ans, il lui incombe d’agir sans attendre, de la même manière que les Etats-Unis décidèrent de s’engager aux côtés de leurs alliés dans la Seconde guerre mondiale.

La solution ne consiste pas dans la fuite des chrétiens et des minorités d’Irak. Le monde pourrait-il d’ailleurs d’un coup accueillir les 400 000 chrétiens comme réfugiés, sans compter les autres minorités, qui ont jusqu’alors échappé aux massacres ? Et où fuir quand qu’il est aisé de voir que ce qui se passe en Irak peut, comme un virus, très vite contaminer l’ensemble du monde s’il n’est pas jugulé sur son périmètre d’action actuel ? La France, l’Europe et toutes les personnes de bonne volonté doivent permettre aux chrétiens et aux minorités d’Irak de rester sur leur terre et aux différentes communautés irakiennes de retrouver des raisons de vivre ensemble.

La mosaïque des peuples du Moyen-Orient représente une richesse millénaire. Si les habitants de Mésopotamie (Irak aujourd’hui) sont chrétiens depuis l’an 50 après Jésus-Christ, la Mésopotamie concentre un trésor et un patrimoine qui sont, à bien des égards, communs à l’humanité toute entière.

15/ Rencontre avec françois FILLON

En présence D’Emmanuel Du LAURENS, Président de l’Institut Montalembert

Check Also

 » La destruction du Réel » par Bertrand VERGELY

L’IEPM vous recommande la lecture de cette ouvrage « Nous avons une origine, l’humain existe tout …