Accueil » Documents de présentation IEPM » Notre Charte d’Intention

Notre Charte d’Intention

Corriger la démocratie par la Liberté
La présente Charte a pour objet d’établir, à l’intention de ceux qui apportent leur concours à l’Institut Ethique et Politique (ci-après « l’IEPM » ou « l’Institut »), les principes et les bonnes pratiques qui s’imposent à eux compte tenu de l’objet particulier que l’Institut entend poursuivre.

 1. Objet de l’Institut

Tel que défini dans l’article 2 de ses statuts, l’IEPM

« a pour but l’animation, la gestion et la participation au débat public d’un groupe de réflexion humaniste, dans le cadre de l’organisation d’activités d’intérêt général et dans le but de promouvoir le développement intégral de la personne humaine, dans ses dimensions sociale et culturelle. »

2. Philosophie de l’Institut

L’IEPM promeut un humanisme chrétien au service du Politique.

Le respect de la dignité de la personne humaine constitue la pierre d’angle de l’ensemble de la réflexion de l’Institut. Un axiome dont les conséquences se mesurent dans tous les secteurs de l’action politique : social, éducation, famille, éthique, économie, justice, fiscalité, finance, diplomatie, défense,…

Il s’agit de prendre en considération l’être dans sa réalité, avec toutes ses qualités, son rapport à la transcendance, ses filiations, sa personnalité, ses droits et ses devoirs, et ses libertés.

La situation actuelle exige des réponses politiques : elle suppose un engagement au service de la Cité donnant lieu à des propositions de solutions audacieuses et innovantes. C’est pourquoi, l’Institut Ethique et Politique Montalembert exerce son activité non seulement en vue de la formation intellectuelle et humaine des citoyens mais également de l’action et de retombées politiques concrètes.

L’IEPM refuse le dualisme.

La nouveauté apportée par le christianisme dans l’histoire n’est pas une réalité conventionnelle : elle fonde une conscience de soi nouvelle pour la personne et la communauté, qui s’exprime par un regard nouveau, valorisant toute chose, et par un effort d’action dans tous les domaines de l’existence humaine, y compris la politique.

La proposition éducative de la communauté, avec son insistance sur l’unité organique de l’expérience chrétienne comme unité de conscience, d’explication de la réalité, d’organisation de la vie, est la réponse plus que jamais actuelle et nécessaire au dualisme entre la foi et la vie, et au relativisme qui en découle.

L’IEPM fonde son projet sur le droit naturel et la raison.

L’État et la société s’inscrivent non dans un droit révélé mais dans un droit qui tire son origine de la raison et de la nature liées entre elles.

 Ce rappel aux fondements anthropologiques essentiels pour la vie commune n’entend imposer à personne de « valeurs confessionnelles » mais, à travers la responsabilité des laïcs chrétiens, il veut offrir, dans l’arène du débat public et dans le respect des procédures démocratiques, un témoignage de nouveauté de vie et d’oeuvres dans l’ouverture à la vérité et dans la défense de la liberté de tous. L’institut s’offre donc comme une contribution à la redécouverte et à la défense de ce que l’homme ne peut pas manipuler à sa guise, si ce n’est aux dépens du bien commun et de la vie commune.

L’IEPM défend les libertés.

L’Institut, conformément à son projet de contribuer à une refondation politique pour le 21ème siècle basée sur des idées novatrices, veut promouvoir et défendre les libertés : liberté d’expression, libertés publiques, liberté d’association, libertés locales, libertés familiales et d’enseignement, liberté religieuse, libertés d’entreprendre,…

L’IEPM soutient le pluralisme.

En ce qui concerne le militantisme politique, l’Institut souligne le caractère contingent de certains choix en matière sociale ainsi que l’existence de stratégies variées pour garantir une même valeur substantielle de fond. La possibilité d’interpréter de manière différente certains principes fondamentaux de la théorie politique ainsi que la complexité technique d’une bonne partie des problèmes politiques peuvent également expliquer la pluralité de partis à l’intérieur desquels les chrétiens puissent choisir de militer, pour exercer – surtout à travers la représentation parlementaire – leurs droits et leurs devoirs dans la construction de la vie civile de leur pays.

Pour l’Institut, ce constat ne peut cependant se confondre avec un pluralisme indéterminé dans le choix des principes moraux et des valeurs fondamentales. La légitime pluralité des options temporelles garde intacte la source d’où provient l’engagement des chrétiens dans la politique, et cette dernière se réfère directement à la doctrine morale et sociale chrétienne. C’est à cet enseignement que les laïcs chrétiens et que l’Institut se conforment pour avoir la certitude que leur participation à la vie politique est empreinte d’une responsabilité cohérente à l’égard des réalités temporelles.

L’articulation avec le spirituel

Dans le respect de la distinction des ordres spirituels et politiques dans le christianisme, l’IEPM souligne le caractère impérieusement complémentaire de la prière et de l’action publique.

L’Institut entend ainsi articuler sa démarche dans la Cité et l’inspiration spirituelle qui l’anime. A cet effet, l’IEPM conduit une fois par trimestre une nuit d’adoration au Sanctuaire de Montmartre pour La France et les politiques.

3. Les principes de l’IEPM

L’indépendance

L’Institut est un lieu de production scientifique et de diffusion d’idées qui met en relation des publics différents et variés : société civile, élus, partenaires sociaux, monde de l’entreprise, de la recherche, de la culture, de l’administration.

 L’institut exerce ses activités « au service » des citoyens, en toute indépendance et libre d’inspiration. Il n’est la structure d’aucune ambition collective ou personnelle. Garant de cette indépendance, les financements de l’Institut sont multiples.

Le caractère non-partisan

L’IEPM s’interdit de financer directement ou indirectement un parti ou groupement politique. Dans ce cadre, tout don lors d’une campagne électorale ou à un parti ou groupement politique est proscrit. L’institut exclut toute relation exclusive avec un parti politique.

Aucun membre des instances dirigeantes (le conseil de surveillance et le conseil d’administration) ne peut être membre du gouvernement ou du parlement français, ou détenir des responsabilités exécutives dans un parti politique français.

La Transparence de ses actions

Le fonctionnement de l’Institut obéit au principe de transparence. L’institut publie dans ce cadre un rapport moral, un financier et un rapport d’activité avant toute Assemblée Générale.

L’Institut rend compte de l’ensemble de ses activités à l’Assemblée Générale annuelle.

4. L’engagement personnel

Les dirigeants et les collaborateurs de l’IEPM reconnaissent que les informations portées à leur connaissance à l’occasion de leur activité dans l’Institut revêtent un caractère confidentiel et s’engagent à ne pas les divulguer à des tiers tant que ces informations n’ont pas fait l’objet d’une diffusion par l’Institut lui-même. Cet engagement ne s’oppose pas à l’activité d’enseignement et de recherche.

Chaque dirigeant, chaque collaborateur de l’IEPM reconnaît avoir pris connaissance des principes et de la philosophie fixés par la présente charte et s’engage à inscrire son engagement dans ce cadre. Il est conscient que toute violation de cet engagement pourra entraîner, le cas échéant, des sanctions, voire sa mise à l’écart de l’Institut.

 

Check Also

Aimer, c’est tout donner ! ( appel au don 2017)

Chers amis, Aidez nous à défendre vos convictions.   http://www.institut-montalembert.fr/soutenez-lassociation/ Chers adhérents et amis, Vous …