Accueil » Billets » Dans l’attente, nous avons besoin de Livres « Habités »

Dans l’attente, nous avons besoin de Livres « Habités »

Invitation à la lecture !

Nous éprouvons une véritable passion pour les « livres habités » où se déploie le génie de nos maîtres, ceux qui ont su exprimer avec profondeur l’aventure humaine et qui, ce faisant, ont témoigné de l’irréductible humanité de l’homme sans laquelle il n’est d’autre avenir que barbare.

Aussi Faut-il insister sur l’importance d’une redécouverte de la métaphysique. Non la métaphysique abstraite, mais celle, vivante, dont Socrate est le porteur et le Christ l’illuminateur.

Bien sûr, notre époque se loge à une tout autre enseigne, dira-t-on. Soulignons, que la philosophie moderne, en se refusant à regarder au-dessus d’elle-même, s’est condamnée à regarder en dessous, là où l’on s’efforce de justifier des révoltes qui nous appauvrissent. N’est-il pas courant d’entendre des intellectuels − journalistes, professeurs, artistes et experts en tout genre − affirmer que les valeurs traditionnelles sont dépassées et qu’il faut, pour avancer, les détruire ?

Reconnaissons-le : Notre utilité sera d’être des éveilleurs, des vivants. Notre parole, doit être une parole de service, ouverte sur autre chose qu’elle-même, pour vraiment marqué le destin du plus grand nombre… Serait-ce que l’homme ne parle vraiment que lorsqu’il se situe bien au-delà de ce qu’il dit ?

L’essentiel se dérobe à toute définition. D’où notre éloge de l’homme semblant « inutile » : descendant des vagabonds mystiques, des moines mendiants ou « de ces bouffons qui, autrefois, auprès des grands de ce monde, n’hésitaient pas à multiplier les remises en question… ».  L’IEPM n’a nullement la prétention d’apparaitre comme un spécialiste, et les observateurs peuvent nous présenter volontiers comme un organisme singulier, un aventurier de l’esprit, un poète qui cherche à dévoiler la part spirituelle des œuvres qui le passionne. Rappelons-nous du « Pouvoir des sans pouvoir » de Vaclav HAVEL pour lequel nous avons une analyse saisissante et que nous vous proposerons bientôt en relecture.

Malheureusement, le seul héritage pour lequel la plupart de nos contemporains s’enthousiasment est celui de l’avoir, de l’argent. À quoi bon la théologie, l’art, l’histoire, la littérature, la philosophie, répètent nos analphabètes spirituels, ces pourfendeurs de l’Esprit qui sont d’instinct des brûleurs de livres.

Ce n’est pas le nivellement, mais la verticalité qui est insupportable à notre modernité dite avancée. Le prêt-à-penser idéologique droitdel’hommiste  colporté par les médias ne camoufle-t-il pas en fait la prétention, la répugnance à l’effort, la hâte, la superficialité, le mépris de toute discipline, de toute hiérarchie, de toute autorité ? Ce n’est pas sans raison que Benoît XVI déclarait il n’y a pas si longtemps qu’on « est en train de mettre sur pied une dictature du relativisme (une dictature d’opinion) qui ne reconnaît rien comme définitif et ne prend comme critère ultime que son propre ego et ses désirs ». Alexandre Soljénitsyne, pour sa part, parlait de l’esclavage des dupes progressistes ! C’est bien connu : l’autodéification enfante le nihilisme, l’activisme, l’amoralisme, le totalitarisme… De sorte que nous « avons plus que jamais besoin du livre, mais les livres, aussi, s’écrie George Steiner, ont besoin de nous ».  L’IEPM l’a bien compris et c’est pourquoi nous voulons nous engager dans une action où l’on ne peut séparer la beauté, le témoignage et le combat. Un Livre est donc en préparation …

Louis BOIS

 

Check Also

Dans l’attente, acquérir la dignité de l’être

Ceux qui réfléchissent un tant soit peu s’accordent sur le fait que le monde, notre …