Accueil » Billets » Billets d’humeur

Billets d’humeur

Dans l’attente, nous avons besoin de Livres « Habités »

Invitation à la lecture ! Nous éprouvons une véritable passion pour les « livres habités » où se déploie le génie de nos maîtres, ceux qui ont su exprimer avec profondeur l’aventure humaine et qui, ce faisant, ont témoigné de l’irréductible humanité de l’homme sans laquelle il n’est d’autre avenir que barbare. Aussi Faut-il insister sur l’importance d’une redécouverte de la métaphysique. Non la métaphysique abstraite, mais celle, vivante, dont Socrate est le porteur et le Christ l’illuminateur. Bien sûr, notre époque se loge à une tout autre enseigne, dira-t-on. Soulignons, que la philosophie moderne, en se refusant à regarder au-dessus d’elle-même, s’est condamnée à regarder en dessous, là où l’on s’efforce de justifier des révoltes qui nous appauvrissent. N’est-il pas courant d’entendre des intellectuels − journalistes, professeurs, artistes et experts en tout genre − affirmer que les valeurs traditionnelles sont dépassées et qu’il faut, pour avancer, les détruire ? Reconnaissons-le : Notre utilité sera d’être des éveilleurs, des vivants. Notre parole, doit être une parole de service, ouverte sur autre chose qu’elle-même, pour vraiment marqué le destin du plus grand nombre… Serait-ce que l’homme ne parle vraiment que lorsqu’il se situe bien au-delà de ce qu’il dit ? L’essentiel …

Lire la suite »

L’attente est la première forme de notre révolte

Chers amis, En cette rentrée de septembre, les difficultés auxquelles nous devons faire face, qu’elles soient personnelles (précarité, perte d’emploi, maladie, fragilité humaine, trouble existentiel, mal provoqué ou subi) ou collectives (crise économique, malaise social, confusion politique, incertitude internationale) sont si imposantes que nous pourrions finir par nous résigner à ne plus rien attendre. Pourtant, jamais comme en ces circonstances, les mots de DANTE – qui nous reviennent en tête- ne se sont révélés aussi évidents : » Chacun confusément conçoit un bien ou l’âme se repose et le désire; et chacun s’efforce à l’atteindre ». Mais quelle loyauté chacun de nous doit avoir pour reconnaitre cette attente et ce désir de bien ! Et ce qui rend cette reconnaissance plus difficile, c’est cette clameur sociale que nous concourons tous à engendrer par notre passivité complice. En fait,  » tout est unanime à nous passer sous silence, moitié comme une honte peut-être, moitié comme une indicible espérance »(RILKE). Chacun de nous sait très bien dans quelle mesure il contribue à cette situation inconfortable. Qui l’emporte ? Notre côté qui attend ou celui qui se contente? PAVESE nous donne un début de réponse, en saisissant en nous, comme personne d’autre, la persistance de cette …

Lire la suite »

Ouverture ou fermeture ?

Le thème de l’ouverture et de la fermeture est devenu central dans cette partie finale des présidentielles, l’ouverture étant assimilée à la notion de progrès, d’accueil et de générosité et la fermeture étant caractérisée par le rejet de l’altérité et l’égoïsme et souvent associée à une forte odeur de rance. Il est difficile de trouver un terrain sur lequel non seulement soit plus radicale l’opposition entre les deux candidats mais également davantage divisée la société française. En effet, compte tenu de leurs histoires personnelles qui trouvent souvent leurs origines familiales à l’étranger, la plupart des français ont le bon sens d’être globalement d’accord pour que la France, conformément à sa vocation universaliste, soit un pays d’accueil, dans la générosité et l’ouverture. En revanche, ce sur quoi ils ne sont pas d’accord, c’est le moment où cette ouverture doit se produire et la largeur de cette ouverture, la seconde étant d’ailleurs logiquement fonction du premier. Pour faire simple à la veille de ce second tour, tout ce que la presse, les radios et les télévisions comptent de commentateurs et autres éditorialistes affirment que les Macronistes seraient d’avis que la France doive adhérer à une mondialisation sans limite et être ouverte et …

Lire la suite »

Une information libérée pour un vote en conscience !

Exercer un regard critique sur l’information pour un vote en conscience Voter en conscience suppose de former sa conscience. Dans notre société relativiste toujours plus exposée à la surinformation médiatique, il est aujourd’hui bien difficile pour une personne honnête de se forger une idée juste et vraie de ce que propose chacun des candidats à l’élection présidentielle. La presse peine à donner une information impartiale et les partisans de chaque camp jouent sur sa subjectivité.  Ainsi, comme si c’était la loi du genre, les journalistes des grands quotidiens et des chaines d’information, relatant les débats du 20 mars et du 4 avril dernier, ne semblent pas avoir assisté au mêmes échanges que les spectateurs, tant leurs analyses diffèrent de la perception des citoyens. La presse, média engagé par nature et par vocation, ne retransmet plus les faits sans les passer par le prisme de sa propre ligne éditoriale, elle-même politique. La traditionnelle distinction entre les faits et leur analyse (comme la pratique la presse anglo-saxonne) se confond en France en une seule restitution médiatique dans laquelle il est parfois difficile, pour le commun des mortels, de faire la part des choses. Ainsi l’analyse des débats par la presse britannique peut …

Lire la suite »

ALain JUPPE : Apte à la fonction ?

Le premier débat de la primaire de la droite et du centre a connu un moment d’embarras surréaliste. Les candidats se sont affrontés sur la question de leur casier judiciaire, chacun déballant publiquement ses mises en examen, condamnation et autres difficultés judiciaires. Alain Juppé assume sa condamnation Le candidat réagissait à la proposition de Bruno Le Maire (qui souhaite que les candidats à une élection locale ou nationale rendent publique leur casier judiciaire. ‘’C’est une exigence de transparence, c’est une exigence d’exemplarité. Ça ne vise personne mais ça concerne tout le monde’’. Si comme le député de l’Eure le prétend, sa proposition ne vise personne, difficile de ne pas faire le lien avec Alain Juppé, condamné en 2004 dans l’affaire des emplois fictifs de Paris. Le maire de Bordeaux, impassible, a choisi d’assumer pleinement sa sanction. ‘’Je tiens mon casier judiciaire à la disposition de Bruno, il est connu d’ailleurs. Tout le monde connaît la condamnation qui m’a été infligée’’, rappelle Alain Juppé. Avant de préciser, à point nommé, que la cour d’appel avait conclu qu’il ne s’était rendu coupable ‘’d’aucun enrichissement personnel’’ et qu’il ne devait pas ‘’être le bouc-émissaire d’une responsabilité collective’’. Circulez, il n’y a rien à …

Lire la suite »

Le redressement que nous attendons !

Tout le monde parle de redressement! François HOLLANDE en parlait en 2012 et aujourd’hui tous les candidats à l’élection présidentielle reprennent ce discours. Mais de quoi parlons nous vraiment ? Car si nous ne prenons pas au sérieux ce sujet, nous risquons fort d’en reparler en 2022… Ceux qui réfléchissent un tant soit peu s’accordent sur le fait que le monde, notre monde à nous, c’est-à-dire l’Occident, est au plus mal et que les crises qui le secouent ne cessent de se multiplier tout en s’aggravant. Une sourde angoisse nous étreint ; de fil en aiguille nous succombons facilement au reflex de « l’autruche », ce qui apaise quelque peu nos douloureuses interrogations, tout au moins passagèrement. Certains, d’une nature moins affaissée, c’est-à-dire plus entière, entrent même en dissidence, persuadés qu’ils ont à faire œuvre utile. On voudrait bien qu’une nouvelle révolution soit en marche, mais il ne se passe rien, sinon le morne défilement de jours gris tendant à s’assombrir. Sommes-nous donc désormais abandonnés par les dieux, nous si intelligents, si perspicaces, si modernes ? Et le temps continue à s’écouler. Chaque jour qui passe nous révèle de nouveaux scandales, de nouvelles ignominies, un retour à la barbarie, nous rapprochant d’une …

Lire la suite »

Alain Juppé : un mandat pour rien ?

Après un long silence, Valérie Pécresse a pris la décision – très attendue – abandonnant François Fillon, de soutenir la candidature d’Alain Juppé aux  « Primaires de la droite et du centre ». Comme les différents candidats ont eu la possibilité de commencer de présenter leurs programmes, il n’aurait surpris personne que la nouvelle Présidente de la Région Ile-de-France nous explique qu’elle avait choisi Alain Juppé en raison de son programme. Pas du tout. Elle a justifié son choix d’abord en expliquant sur les ondes que, ayant été élue à la Présidence de la Région Ile-de-France avec les voix du Modem, elle manquerait de cohérence si, aujourd’hui, elle ne rejoignait pas Alain Juppé au prétexte qu’il avait fait alliance avec ce même mouvement. Même si Valérie Pécresse considère que Alain Juppé puisse être « la bonne personne à la bonne place », ce qui ne veut strictement rien dire et aurait pu aussi bien être dit – et a certainement été dit par quelqu’un – à propos de François Hollande en 2012, elle donne donc comme principale raison de son choix le fait qu’elle ne peut pas se permettre d’accorder son support à un candidat aux Primaires sur la base du seul contenu de …

Lire la suite »