Accueil » Institut Montalembert

Institut Montalembert

WebCercle Montalembert avec Atanase PERIFAN

Nous vous proposons notre dixième rencontre avec Atanase PERIFAN, fondateur de la fête des voisions de de l’association « Voisins solidaires » qui a porté de nombreuses initiatives d’entraides pendant la crise sanitaire et les confinements.  « Nous devons repenser les politiques publiques en matière de solidarités de proximité»  Cette question nous semble importante d’être posée aujourd’hui  !  Notre réflexion propose le concept de “société subsidiaire”. Il nous faut entreprendre une transformation radicale des rapports entre l’État et la société, en s’appuyant sur celle-ci pour réformer les services publics et les politiques publiques, en encourageant toutes les initiatives qui sauraient protéger efficacement les citoyens (notamment en temps de crise), en incitant à une économie plus équilibrée soucieuse du bien commun, en ouvrant tout simplement certains services publics aux initiatives privées. Certains parlent de redonner le pouvoir aux gens. Certains parlent de liberté, d’autres de responsabilité. La “société subsidiaire”, c’est une révolution culturelle, grâce à laquelle les gens, dans leur vie de tous les jours, chez eux, dans leurs quartiers, au travail, décident de ne plus se tourner systématiquement vers les responsables politiques, les autorités locales ou le gouvernement pour régler leurs problèmes, mais, plutôt, se sentent libres et capables d’agir selon leur capacité, …

Lire la suite »

« La cause principale de notre faillite pendant la crise : l’absence d’anticipation »

Notre dernière tribune dans Marianne Pour éviter le pire, une seule solution : anticiper dès maintenant pour maîtriser au mieux ces risques ; et pour cela, lancer dès maintenant de vastes programmes de réorientation des secteurs les plus durablement touchés vers les secteurs dont on aura besoin dans l’avenir. En rémunérant les salariés non plus pour ne pas travailler, mais pour se former à des métiers nouveaux. En lançant des grands projets européens, nationaux, régionaux industriels « souverains » en relocalisant les productions dans les secteurs qui nous ont manqué de manière si évidente durant la crise sanitaire, de la santé, de l’éducation de l’hygiène du numérique, des énergies propres, de l’alimentation, de la distribution, de l’eau, du recyclage, de la culture, de la sécurité ; et bien d’autres. Cliquez sur l’image pour accéder à l’article Chaque jour qui passe nous apporte la preuve que, dans la vie personnelle comme dans la vie sociale, dans notre vie privée comme dans notre vie professionnelle, dans toutes nos relations, notre sort est très largement lié à notre capacité d’anticipation. En particulier, saurons-nous collectivement comprendre l’effort que chacun devra faire ? Cela suppose de cesser de penser à courts termes, d’avoir une vision claire et …

Lire la suite »

WebCercle Montalembert N°9 avec Grégor PUPPINCK

« Le droit à l’objection de conscience est-il en péril » ? Notre pays est aujourd’hui un grand champ de bataille qui laisse apparaître de nombreuses souffrances et blessures.   Il nous semblait aujourd’hui important de continuer notre réflexion après avoir aborder à notre dernière rencontre la liberté de conscience en France. Nous vous proposons notre neuvième rencontre avec Grégor PUPPINCK, auteur du livre  » Objection de conscience et Droits de l’homme « . Cette question nous semble importante d’être posée aujourd’hui  !  Dans une société qui a renoncé, au moins partiellement, à la conviction publique qu’il existe un bien moral objectif reconnu par la conscience, le recours à l’objection de conscience est de moins en moins bien accepté. Régulièrement, des lobbies s’opposent par exemple à la reconnaissance par la loi de l’objection de conscience au sein du corps médical. En France, l’Etat s’attribue de plus en plus une autorité de fait sur la liberté de religion, donc sur les consciences. Pour autant, de plus en plus de plaignants saisissent les tribunaux pour défendre leurs libertés, au nom de la conscience : liberté d’éducation, liberté du culte, refus de porter les armes, refus de se faire vacciner, etc. Ainsi, les libertés des uns s’opposent …

Lire la suite »

Après la crise, engageons une renaissance politique

Notre dernière tribune dans Valeurs Actuelles Cliquez sur l’image pour accéder à la Tribune La crise sanitaire, ses causes et sa gestion nous ont donné une certitude. Le “monde d’après” devra s’appuyer sur un système politique totalement rénové. Bien triste constat. Bien inquiétant également, quelles que soient nos opinions politiques. Mais l’exaspération populaire accumulée depuis de nombreuses années n’aura trouvé aucune raison de s’apaiser avec la gestion de la crise sanitaire. Le “système” politique et l’Etat n’ont pas satisfait aux attentes. Au contraire, ils ont accru le niveau de défiance. Les Français ont désormais constaté l’inanité du logiciel politique et l’incapacité du Président à réagir et à conduire le pays. Les français ne veulent plus de ce faux-semblant. Ils ne veulent plus de cette France incapable d’anticiper, de s’armer contre les risques et les menaces. Ils ne veulent plus de cette idéologie qui fait perdre au pays son indépendance et sa souveraineté, autant que sa capacité à les considérer ou à les entendre ! Il ne s’agit plus d’une impatience ; il s’agit d’un rejet. Aucun Président et aucun gouvernement n’ont été, dans l’histoire de la Vème République, aussi sourds aux revendications populaires.

Lire la suite »

Le faux débat sur le séparatisme !

Le projet de loi actuellement débattu à l’Assemblée nationale n’est pas celui qui avait été initialement annoncé. Il est certes toujours présenté comme ayant pour objet de combattre le séparatisme, mais sans que soit mentionné de quel séparatisme il s’agit. Il s’agissait à l’origine du « séparatisme islamiste ». Ça partait d’une bonne intention, mais avec une formulation absurde. L’islamisme ne vise pas en effet à séparer mais à conquérir, à englober toujours plus les pays et les sociétés dans l’oumma islamique. Cette politique du grignotage s’est installée sans faire de bruit. Elle fait de l’entrisme au sein du gouvernement, à l’inverse des évangéliques, qui malheureusement ne s’intéressent pas à la politique de leur pays. Nos politiques pèchent par ignorance ou intérêt économique : « L’islam appartient à l’État. Celui-ci veille sur son organisation et intervient dans son champ comme une de ses institutions ». « L’État appartient à l’islam ». Cela signifie que l’État respecte dans son fonctionnement les recommandations de l’islam. Donc automatiquement, cela érige la Oumma au dessus des lois de la République. Aujourd’hui, le projet de loi a pour objet de «conforter le respect des principes de la République». Étrange formulation : si les «territoires perdus de la …

Lire la suite »

Commentaire de l’encyclique du pape François : Fratelli Tutti par IEPM

L’encyclique Fratelli Tutti du pape François a été signée le 3 octobre 2020, veille de la fête de saint François d’Assise. Elle se présente comme la déclinaison pour l’Eglise catholique du Document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune, adopté par le pape François et le Grand Imam Ahmad Al-Tayyeb à Abou Dabi le 4 février 2019. Une grande émotion entoure en France cette encyclique qui commence de façon réellement tonitruante : dès son paragraphe 3, le pape y rappelle la visite de saint François au sultan d’Egypte et sa volonté dans cette démarche « de ne faire ni disputes ni querelles mais d’être soumis à toute créature humaine à cause de Dieu ». Si l’émotion ainsi provoquée a permis de parler de cette encyclique dans de nombreux médias, elle aura été vaine si elle empêchait de lire cette encyclique (https://eglise.catholique.fr/vatican/encycliques/lencyclique-fratelli-tutti/) ainsi que l’appel à la paix, à la justice et à la fraternité lancé par le pape et le grand imam (https://www.mcc.asso.fr/priere-pour-la-paix-la-justice-et-la-fraternite/). Les événements en France conco-mitants de Fratelli Tutti ont montré son actualité. Il faut la lire pour en comprendre la pertinence. Construite comme un vaste commentaire de la parabole du bon Samaritain, l’encyclique s’adresse de …

Lire la suite »

WebCercle Montalembert avec Hubert de VAUPLANE

3 Février 18h30 Notre pays est aujourd’hui un grand champ de bataille qui laisse apparaître de nombreuses souffrances et blessures.   Il nous semble aujourd’hui important d’engager une nouvelle réflexion sur la dette face à la situation et identifier les actions utiles pour venir au secours de la France dans les circonstances difficiles que nous traversons.  Nous vous proposons notre Septième rencontre avec Hubert de VAUPLANE, auteur du livre « Endettez-vous !  Existe-t-il une dette juste ? Cette question nous semble importante d’être posée pour répondre aux enjeux qui deviennent décisifs pour sortir de la crise en France.  La dette est un sujet qui nous préoccupe particulièrement aujourd’hui mais ce terme n’est compris que dans une approche strictement monétaire et financière.  Pierre de LAUZUN notre expert Économie et Finance  interrogera Hubert de VAUPLANE pour qu’il présente son approche plus globale du concept de dette.  La Webconférence sera animé par Said OUJIBOU notre porte-parole Cliquer sur l’image

Lire la suite »

Notre Tribune dans Marianne : Comment Désirer le Bien Commun en 2021 !

« Aujourd’hui tout semble nier la possibilité d’un véritable bien commun » Le bien commun revient dans le vocabulaire politique, et il faut s’en réjouir, mais c’est devenu un concept fourre-tout. La République, la santé, l’océan… sont un bien commun. Pour faire chic, dites simplement « un commun » : Notre-Dame de Paris, par exemple, est un commun. Si naguère la différence avec l’intérêt général avait encore un sens, la formule s’impose aujourd’hui comme une abstraction sympathique en mesure de rallier les foules, voulant dire tout et son contraire, faute de se faire comprendre précisément. Pour les hommes de l’Antiquité et du Moyen Âge, le bien commun ne se définissait pas car il était une évidence partagée, les notions de bien et de communauté ayant tout leur sens, sans équivoque. C’est ainsi qu’il désignait la finalité de toute action politique bonne, le bien ayant valeur de tension vers le bonheur de tous et de chacun, au-delà des faiblesses humaines. Cliquer sur l’image pour accéder à l’article

Lire la suite »

« Pour une politique de santé subsidiaire »

Les errements du centralisme sanitaire par Aline SALABELLE Médecin biologiste. Issue d’une famille de médecins depuis plusieurs générations, Annie SALABELLE est médecin biologiste, directeur-adjoint d’un laboratoire équipé de tests diagnostiques de la Covid-19 par PCR et sérologie.  L’Institut  Montalembert a lancé une réflexion en septembre en partageant sa vision d’une  société subsidiaire.  Nous avons engagé de nombreux travaux au sein de l’IEPM pour décliner le concept sur différents sujets de manière plus concrète. On voulait commencer par une contribution sur le sujet « Santé », notre principale actualité .  Le docteur Aline SALABELLE qui est une de nos experts associés a rédigé une note et on vous propose d’en prendre connaissance plus bas en suivant le lien suivant : Les-errements-du-centralisme-sanitaire-par-le-Docteur-Aline-SALABELLE-1Télécharger

Lire la suite »