Accueil » Archives

Archives

Rencontre Ecophilos du 20 octobre 2016

Chers amis de l’Institut Montalembert, Veuillez noter la date et le contenu de la prochaine rencontre Ecophilos Zermatt Summit, évènement  pour lequel l’Institut est partenaire depuis une année. Jeudi 20 octobre (8h30-10h) au MEDEF, 55 avenue Bosquet 75007 Paris Nous poursuivrons notre thématique « les technologies et la personne humaine » avec deux personnalités emblématiques de la Blockchain qui viendront, comme à notre habitude, converser (en anglais) avec un humaniste/théologien/philosophe de manière libre et non guidée. Nous accueillerons Jon MATONIS, « crypto economist » et Founding Director de la Bitcoin Foundation (https://bitcoinfoundation.org/) Jon conversera avec : Adrian PABST (https://www.kent.ac.uk/politics/staff/canterbury/pabst.html), penseur européen reconnu, professeur en sciences politiques et en théologie, contributeur dans de nombreuse revues européennes. Adrian parle couramment le français et pourra donc répondre à des questions en français. Cette conversation sera précédée d’un « Blockchain pour les nuls » que nous offrira (en français) maître Hubert de VAUPLANE, partner au sein du cabinet d’avocat Kramer Levin, qui est un des experts du sujet. Ce qui nous permettra de mieux en comprendre les enjeux. Pour des raisons d’organisation, je vous prie de nous signaler votre inscription. C’est totalement gratuit cependant le nombre de places est techniquement limité  ! #IEPM

Lire la suite »

Que doit l’Europe au Christianisme ?

Disputatio entre Rémi BRAGUE et Alain De Benoi st

Lire la suite »

Pour une politique de l’intégration, le cas de l’ISLAM

Les attentats perpétrés au nom de l’islam à Paris la semaine passée, pour être d’une envergure moindre que ceux que peuvent subir depuis des années, de la part de coreligionnaires revendiqués des assassins, les populations du Proche Orient ou d’Afrique notamment, n’en posent pas moins des défis certains. Les plus immédiats et les plus évidents concernent la lutte contre les actions terroristes, par le renseignement et l’action de police, mais aussi la politique carcérale et la justice en général. Et lorsqu’on sait dans quel triste état ces dernières se trouvent, la chose n’est déjà pas aisée dans le contexte actuel. Des politiques sur un plus long terme sont bien évidemment nécessaires, qui concernent tant l’éducation que la politique de la ville, la politique migratoire, donc la politique étrangère. Toutes ces actions politiques, et la liste n’en est pas exhaustive, sont strictement indispensables. Pourtant, si l’on s’en tenait à ce seul volet, nous en resterions à une dimension principalement technique de cette politique, en envisageant la question seulement comme un problème à résoudre. Le défi est en fait bien plus radical, et met en jeu l’intégration de cultures étrangères à notre civilisation. Et de ce point de vue, il ne concerne …

Lire la suite »

Comment gagner la guerre contre le terrorisme?

L’ISLAM RADICAL Notes sur les attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015 Il y a une semaine, Charlie Hebdo a été frappé par un attentat meurtrier. Nous connaissons la suite : au total, vingt personnes ont perdu la vie, dont les trois assassins. Beaucoup d’éditorialistes, de politiques évoquent une guerre à mener contre le terrorisme. Mais quels sont les ennemis ? Des fous, des barbares. Quelles sont les armes ? L’unité nationale, le refus de la division, même le refus du débat, maintenant et après la retombée de l’émotion. Cette guerre est mal partie. Appelons un chat un chat, un assassin un assassin et essayons de convoquer le bon sens. Qui sont les meurtriers ? Des délinquants d’abord d’origine nord-africaine qui ont fréquenté les quartiers populaires du nord-est parisien dont le scénario de vie est presque connu d’avance. Reprenons. Orphelin, coupés de leur identité culturelle d’origine, la République ne leur offre aucun moyen d’intégration : l’école ? Dévastée par le relativisme, ayant renoncé à la culture, aux notes même, elle n’évalue plus n’offre plus de repères, dit que tout se vaut, ennuie à mourir. Bref, il faut se tourner vers autre chose. La famille ? Non ils n’en ont pas. S’ils en avaient elle serait …

Lire la suite »

Attentats : On ne répond pas au vide par le vide

   L’attentat le premier jour des soldes d’hiver. La peur qui s’empare de tout le monde. Tous ces slogans. Et face au désarroi, le défi du fait chrétien : « De qui attendons-nous le salut ? »  Mercredi 7 janvier, jour de l’attentat au journal Charlie Hebdo, était aussi le premier jour des soldes. À Paris, cela signifie la présence d’une foule infernale dans les quartiers du centre. Une cohue “programmée”. Je suis sorti du métro dans l’un de ces quartiers et j’ai vu le vide se matérialiser. Il n’y avait pratiquement personne dans les rues, aucun bruit, peu de voitures. La peur était physiquement palpable partout où, quelques heures auparavant, régnait la frénésie du shopping. J’ai pensé au début de l’Apocalypse et je me suis dit : « Le commencement ressemblera à ça ». “Vide” est le premier sentiment qui décrit le mieux ce que l’on ressent face à ce qui est arrivé. Tout est comme cela a toujours été, tout est comme avant, mais tout se perçoit comme vide. Un massacre a été perpétré au nom de je ne sais qui ou de je ne sais quoi, et cela a créé un vide humain : ne plus pouvoir …

Lire la suite »

Message de Noël de l’IEPM

  Pour beaucoup de Français, les semaines écoulées depuis la rentrée de septembre sont dures à vivre. La crise économique prend une ampleur inquiétante. Les usines, les entreprises ferment, leurs salariés doivent se reconvertir. Le poids de la dette publique pèse lourdement sur la compétitivité et contraint l’Etat à des coupes budgétaires drastiques. Autour de nous, le monde paraît menaçant ; la plupart des Etats réarment, le terrorisme poursuit son œuvre, des pays entiers basculent dans le chaos. La misère matérielle, intellectuelle, spirituelle, chez nous comme ailleurs, fragilise les personnes et les sociétés. Comme remède à leur désarroi, on impose aux Français des débats dits de société, dont le seul objet final est de saper les lois de la nature et les lois non écrites, que la conscience occidentale, depuis Sophocle, s’honorait de respecter.    Confrontés à cette situation, les Chrétiens ne peuvent rester silencieux. Ils doivent, une nouvelle fois, remettre l’ouvrage sur le métier pour forger les instruments d’un renouveau matériel, intellectuel et spirituel, et les offrir à leurs concitoyens. Ce n’est pas la première fois. Aussi loin que porte notre regard, génération après génération, les Chrétiens de France se sont appliqués à faire fermenter des germes de reverdie, en …

Lire la suite »

Noël interroge notre laïcité

 Les religions, une ressource pour la société civile  En Europe, l’opinion généralement la plus répandue est que, dans une société démocratique et plurielle, on peut établir un rapport correct entre les droits fondamentaux du citoyen et l’État, à la seule condition de ne pas introduire dans cette relation d’autres éléments de référence ou de médiation. La religion, dans ce contexte, constituerait un « troisième intrus », seulement tolérable à la condition d’être réduit à la sphère privée du seul individu. Selon la formule de Donati, un célèbre sociologue italien, « pour la démocratie occidentale actuelle, toutes les religions sont égales (indifférenciées). L’espace public est déclaré neutre face aux religions (…). Aux différentes religions, on demande et impose de considérer leur universalisme comme un fait privé. » A ce sujet, l’affirmation de Kelsen est célèbre. « L’appréciation de la science rationnelle et la tendance à la tenir libre de toute intrusion métaphysique ou religieuse sont des traits caractéristiques de la démocratie moderne. » Selon des principes qui varient d’un pays à l’autre, que ce soit en France, en Italie et en Espagne – des pays dans lesquels le débat sur la laïcité est particulièrement fiévreux -, on explique normalement que l’État contemporain doit être laïc et neutre. …

Lire la suite »

L’intérêt supérieur de l’enfant, 25ème anniversaire de la CIDE

L’intérêt supérieur de l’enfant     Histoire récente En 1928 Janusz Korczak[1], célèbre pédiatre, écrivain, éducateur polonais, écrit un ouvrage sur le droit des enfants au respect, et sur la manière dont il convient de les aimer. C’est à partir de ses idées, que les Nations Unies élaborent en 1959 une déclaration sur les droits de l’enfant. Puis à la demande de la Pologne, les Nations Unies transforment en 1989 cette déclaration en Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE). Cette convention stipule dans son article 3 que « dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu’elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale. Nul autre intérêt ne doit l’emporter, même pas celui des parents, s’il y a collision ».   Mais la notion d’intérêt supérieur de l’enfant, si elle est devenue « primordiale » dans cette Convention, n’est pas définie. On sait juste que si elle entre en conflit avec d’autres intérêts, elle doit l’emporter sur tous les autres. Un groupe de travail français autour du Défenseur des droits[2] estime qu’« il ne s’agit pas d’une notion autonome et indépendante. C’est un …

Lire la suite »

Cercle MONTALEMBERT : Véronique BESSE

Dans le cadre des rencontres du cercle Montalembert, l’Institut Ethique et Politique Montalembert (IEPM) a reçu Madame Véronique BESSE le mardi 04 novembre 2014. Véronique Besse, est députée de la quatrième circonscription de la Vendée depuis 2005, elle siège dans le groupe non inscrit à l’assemblée nationale. Elle a été successivement journaliste pour la radio Alouette FM (1986-1990), chargée de mission au cabinet de Philippe de Villiers à la présidence du Conseil général de la Vendée (1991-1994), assistante parlementaire de Bruno Retailleau (1994-1997) puis de Philippe de Villiers (1997-2004). Elle co-préside aujourd’dui le groupe d’études de l’Assemblée Nationale sur les chrétiens d’Orient avec Valérie PECRESSE. Les deux femmes auront réuni 120 députés de diverses sensibilités politiques afin de réfléchir à la meilleure stratégie possible pour défendre les minorités persécutées. Madame Véronique BESSE nous a présenté son parcours politique et ensuite a évoqué ses différentes préoccupations  politiques et sociales actuelles. Nous l’avons interrogée partciculièrement sur les travaux du groupe parlementaire sur les chrétiens d’orient. Ensuite, nous lui avons posés différentes questions sur la situation politique du moment. Enfin nous lui avons présentée différents travaux de l’Institut et divers  projets et initiatives qui nécessitaient une diffusion.

Lire la suite »