Accueil » 2019 » août

Monthly Archives: août 2019

A la recherche d’un nouveau souffle ! Intervention d’Olivier ROY**

Dans la première décennie des années 2000, les politiciens catholiques français ont abandonné une vision globale du « bien » pour se concentrer sur un aspect spécifique, qui est absolutisé. Le risque de réduire le Christianisme au folklore En France, de la Libération aux années 2010, le vote des catholiques pratiquants a été stable : ils votaient majoritairement droite conservatrice et centre droit mais étaient sous-représentés dans le vote extrême droite. L’épiscopat appelait à voter en prenant en compte une vision globale du « bien » mais en laissant à chacun le soin de hiérarchiser les différents « biens » (ce qui était la vision de la démocratie chrétienne, même si cette dernière n’a jamais pris en France comme parti politique). Tout change autour de 2010. Le tabou contre le vote pour le Front national tombe, un petit groupe de catholiques militants poussent, en 2007, le président Sarkozy à défendre une vision plus chrétienne de la France et de la société, mais surtout la Manif pour Tous (2012) entraîne l’apparition d’un « parti catholique » qui milite pour la défense des principes non négociables sur la famille, la procréation et la transmission (on sort du thème de la vision globale du « bien » pour s’attacher à un aspect …

Lire la suite »

Lettre écologique n° 10 : « Confusion des mots »

[Éditorial de Ludovic Trollé] Le discours de l’écologie politique reprend volontiers le thème des biens communs. On affirmera par exemple que le climat est « un bien commun », ce qui sous-entend qu’il en existe d’autres : nappes phréatiques, pâturages, etc. De telles ressources ont souvent un caractère collectif palpable. Le retour des communs Au pluriel, l’expression « biens communs » rappelle la réalité des « communaux » du Moyen Âge. L’accès à ces pâturages par tout propriétaire de troupeaux n’était possible qu’avec des règles de gouvernance très précises. Une « théorie des communs » s’est développée, surtout dans le contexte des problématiques écologiques. Dans la réflexion de ses promoteurs, il est impossible de séparer la nature de ces ressources et la gouvernance qui accompagnerait nécessairement leur gestion. On peut parfois se demander lequel des deux concepts précède l’autre. La na­ture des biens communs semble justifier une gouvernance appropriée. À l’inverse, une volonté de gouvernance mondiale ne trouve-t-elle pas ici un alibi facile ? Avec un peu de vernis scientifique et de manipulation politique, ne peut- on pas « créer » de toutes pièces des biens communs, pour lesquels il faudra mettre en place une réglementation, voire une instance dédiée ? Ambiguïté linguistique Malgré …

Lire la suite »