Accueil » 2015 » janvier (page 2)

Monthly Archives: janvier 2015

Comment gagner la guerre contre le terrorisme?

L’ISLAM RADICAL Notes sur les attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015 Il y a une semaine, Charlie Hebdo a été frappé par un attentat meurtrier. Nous connaissons la suite : au total, vingt personnes ont perdu la vie, dont les trois assassins. Beaucoup d’éditorialistes, de politiques évoquent une guerre à mener contre le terrorisme. Mais quels sont les ennemis ? Des fous, des barbares. Quelles sont les armes ? L’unité nationale, le refus de la division, même le refus du débat, maintenant et après la retombée de l’émotion. Cette guerre est mal partie. Appelons un chat un chat, un assassin un assassin et essayons de convoquer le bon sens. Qui sont les meurtriers ? Des délinquants d’abord d’origine nord-africaine qui ont fréquenté les quartiers populaires du nord-est parisien dont le scénario de vie est presque connu d’avance. Reprenons. Orphelin, coupés de leur identité culturelle d’origine, la République ne leur offre aucun moyen d’intégration : l’école ? Dévastée par le relativisme, ayant renoncé à la culture, aux notes même, elle n’évalue plus n’offre plus de repères, dit que tout se vaut, ennuie à mourir. Bref, il faut se tourner vers autre chose. La famille ? Non ils n’en ont pas. S’ils en avaient elle serait …

Lire la suite »

Attentats : On ne répond pas au vide par le vide

   L’attentat le premier jour des soldes d’hiver. La peur qui s’empare de tout le monde. Tous ces slogans. Et face au désarroi, le défi du fait chrétien : « De qui attendons-nous le salut ? »  Mercredi 7 janvier, jour de l’attentat au journal Charlie Hebdo, était aussi le premier jour des soldes. À Paris, cela signifie la présence d’une foule infernale dans les quartiers du centre. Une cohue “programmée”. Je suis sorti du métro dans l’un de ces quartiers et j’ai vu le vide se matérialiser. Il n’y avait pratiquement personne dans les rues, aucun bruit, peu de voitures. La peur était physiquement palpable partout où, quelques heures auparavant, régnait la frénésie du shopping. J’ai pensé au début de l’Apocalypse et je me suis dit : « Le commencement ressemblera à ça ». “Vide” est le premier sentiment qui décrit le mieux ce que l’on ressent face à ce qui est arrivé. Tout est comme cela a toujours été, tout est comme avant, mais tout se perçoit comme vide. Un massacre a été perpétré au nom de je ne sais qui ou de je ne sais quoi, et cela a créé un vide humain : ne plus pouvoir …

Lire la suite »