ARTICLES RECENTS

Qu’est-ce que le Bien Commun en politique ?

La sixième lettre de doctrine sociale de l’Eglise vous propose un extrait du texte de Marcel Clément « Est-il possible de résumer en quelques lignes la doctrine sociale de l’Eglise ? » (in La DSE, 1891-1991, éd. de l’Escalade, 1995, p. 37), complété par un extrait de l’encyclique Pacem in terris de Jean XXIII sur le bien commun dans la cité. Les principes de la doctrine sociale de l’Eglise en bref et leur application à la politique « Le principe tout à fait commun est que la personne humaine est revêtue d’une dignité qui se définit comme le droit d’être cause responsable de ses actes. Ses actes sont tous à ordonner en vue de sa fin ultime. Tous les droits humains, tels qu’énumérés par Jean XXIII procèdent de cette dignité. Ils s’expriment dans la société par l’exigence de nature, pour chaque homme, d’être traité, non comme un objet, mais comme un sujet de droit. C’est sous le rapport de ce principe commun que tous les hommes sont égaux, ce qui n’empêche pas les complémentarités des sexes, des âges, des fonctions, des cultures, etc.   De ce principe dérive une organisation sociale dont les trois institutions fondamentales sont la famille, la propriété privée et l’Etat. …

Lire la suite »

Lettre DSE N° 5 – L’engagement Chrétien en Politique : l’unité de la société

En ce mois de mai marqué par la passation de pouvoir au sommet de l’Etat français, l’Institut éthique et politique Montalembert vous propose le texte de l’audience générale du pape Benoit XVI, consacrée à Sainte Jeanne d’Arc le 26 janvier 2011. Jeanne, patronne secondaire de la France, est fêtée par l’Eglise le 30 mai, la fête du 8 mai commémorant la prise d’Orléans. Dans cette catéchèse, Benoît XVI fait un rapprochement entre Jeanne et Sainte Catherine de Sienne, patronne de l’Italie et de l’Europe, toutes deux vierges consacrées engagées au service du bien commun. En donnant en exemple d’engagement politique l’œuvre de libération de Jeanne et de Catherine, le pape invite les chrétiens à fonder leur action dans le Christ pour pouvoir, dans les situations auxquelles chacun est confronté, faire les choix lui permettant de contribuer selon ses talents personnels au bien commun. Cette invitation nous paraît particulièrement pertinente en cette période de discernement en vue des élections législatives des 11 et 18 juin qui auront une importance décisive pour l’avenir de notre pays. La doctrine sociale de l’église n’oppose pas le bien commun et le bien personnel comme certains philosophes des Lumières opposent l’intérêt individuel et l’intérêt général. Au …

Lire la suite »

Diner du cercle Montalembert le 12 juin : Christophe BILLAN, Président de Sens Commun

Très chers amis, Dans le cadre des rencontres du cercle Montalembert, l’ Institut Ethique et Politique Montalembert (IEPM) vous propose un nouveau dîner. Nous recevrons Christophe BILLAN ( Président de Sens Commun) et Adrian PABST ( Théologien et politologue allemand, installé au Royaume Uni), le 12 juin prochain. Thème : Quelle refondation politique faut-il attendre ? Nous reviendrons avec nos deux invités sur l’élection présidentielle française 2017, ceci pour croiser leurs analyses. L’analyse d’un acteur privilégié et majeur de la campagne qui sera complétéé par celle d’un intellectuel très attentif à la question politque en Europe. Nous serons également le lendemain du premier tour des élections législatives ce qui devrait aussi nous amener à réflechir à la situation politique du moment. Christophe BILLAN : ​ Marié, père de famille, Christophe Billan a débuté sa carrière professionnelle au Ministère de la Défense où il a exercé pendant 22 ans comme officier . Il est aujourd’hui cadre dans une société qui gère le risque des entreprises et des organisations engagées à l’international dans le domaine médical. Il est Président de Sens Commun depuis juin 2016.       Adrian PABST : ​     Adrian Pabst est professeur à l’université du Kent …

Lire la suite »

La Révolte pour le Bien Commun

Notre révolte, aujourd’hui.   « Le jour où le crime se pare des dépouilles de l’innocence, par un curieux renversement qui est propre à notre temps, c’est l’innocence qui est sommée de fournir des justifications. », écrivait Albert Camus au début de « L’Homme révolté », essai préparé à partir de la fin de la deuxième guerre mondiale et achevé en 1951. Le sentiment qui nous anime devant les circonstances actuelles peuvent être rapprochées de cette époque. Là où les guerres et les révolutions meurtrières nourrissaient le sentiment de l’absurde, nous avons aujourd’hui le sentiment que les prodigieuses réussites techniques de notre époque ne résolvent pas les difficultés de l’humanité. Camus invite à la prudence face au sentiment de l’absurde : ce sentiment rend possible le meurtre. Mais pour lui en le poussant à son terme, le raisonnement absurde « admet la vie comme le seul bien nécessaire puisqu’elle permet cette confrontation » avec l’absurde. Il est utile de se rappeler cette époque de la libération marquée par la prise de conscience d’une violence insigne. Bien plus que par les guerres, le monde aurait alors pu disparaître par le désespoir devant ce que de nombreux hommes avaient fait ou accepté. Camus distingue l’absurde, sentiment de ma culpabilité, …

Lire la suite »

Ouverture ou fermeture ?

Le thème de l’ouverture et de la fermeture est devenu central dans cette partie finale des présidentielles, l’ouverture étant assimilée à la notion de progrès, d’accueil et de générosité et la fermeture étant caractérisée par le rejet de l’altérité et l’égoïsme et souvent associée à une forte odeur de rance. Il est difficile de trouver un terrain sur lequel non seulement soit plus radicale l’opposition entre les deux candidats mais également davantage divisée la société française. En effet, compte tenu de leurs histoires personnelles qui trouvent souvent leurs origines familiales à l’étranger, la plupart des français ont le bon sens d’être globalement d’accord pour que la France, conformément à sa vocation universaliste, soit un pays d’accueil, dans la générosité et l’ouverture. En revanche, ce sur quoi ils ne sont pas d’accord, c’est le moment où cette ouverture doit se produire et la largeur de cette ouverture, la seconde étant d’ailleurs logiquement fonction du premier. Pour faire simple à la veille de ce second tour, tout ce que la presse, les radios et les télévisions comptent de commentateurs et autres éditorialistes affirment que les Macronistes seraient d’avis que la France doive adhérer à une mondialisation sans limite et être ouverte et …

Lire la suite »

Une information libérée pour un vote en conscience !

Exercer un regard critique sur l’information pour un vote en conscience Voter en conscience suppose de former sa conscience. Dans notre société relativiste toujours plus exposée à la surinformation médiatique, il est aujourd’hui bien difficile pour une personne honnête de se forger une idée juste et vraie de ce que propose chacun des candidats à l’élection présidentielle. La presse peine à donner une information impartiale et les partisans de chaque camp jouent sur sa subjectivité.  Ainsi, comme si c’était la loi du genre, les journalistes des grands quotidiens et des chaines d’information, relatant les débats du 20 mars et du 4 avril dernier, ne semblent pas avoir assisté au mêmes échanges que les spectateurs, tant leurs analyses diffèrent de la perception des citoyens. La presse, média engagé par nature et par vocation, ne retransmet plus les faits sans les passer par le prisme de sa propre ligne éditoriale, elle-même politique. La traditionnelle distinction entre les faits et leur analyse (comme la pratique la presse anglo-saxonne) se confond en France en une seule restitution médiatique dans laquelle il est parfois difficile, pour le commun des mortels, de faire la part des choses. Ainsi l’analyse des débats par la presse britannique peut …

Lire la suite »

Mum Dad and Kids

    Chers amis, L’Institut Montalembert a signé la tribune ci dessous car nous jugeons dangereux les dérives politiques de l’union europénne. Nous invitons chacun d’entre vous à  signer la petition  » Mum Dad and Kids » qui défend vos droits ! Cliquer sur l’image pour accéder à l’article     C’est sans doute en raison de son manque de transparence et de sa grande complexité que l’Union européenne intéresse peu les Français: à quelques exceptions près, l’énorme travail réalisé quotidiennement à Bruxelles, dont l’impact est très important sur notre propre législation, n’est suivi ni par les médias, ni par les politiques, ni par les intellectuels. Quant aux associations françaises présentes à Bruxelles, elles se comptent à peine sur les doigts d’une main. C’est évidemment très grave puisque cela conduit les responsables, les politiques et les fonctionnaires européens à agir hors de tout contrôle démocratique. Sont en particulier concernés par cette opacité et cette sorte d’autonomie l’ensemble des sujets anthropologiques et sociétaux: quoique règlementairement hors de la compétence européenne, ces sujets font l’objet de nombreux textes, rapports et directives votés par le Parlement européen de sa propre initiative ou sur initiative de la Commission européenne. Or ces textes sont systématiquement oublieux des …

Lire la suite »

Note DSE N°4 : Le fondement de la solidarité

100 ans de doctrine sociale de l’Eglise : Quels principes pour quels objectifs ?   Extraits de l’encyclique Centesimus Annus, Rome, 1er mai 1991, mémoire de saint Joseph, travailleur   Le fondement de la solidarité   Jean Paul II reprend les thèmes de l’encyclique de Léon XIII Rerum Novarum pour en montrer l’actualité et l’influence sur l’histoire du XXe siècle. Alors que des débats ont lieu aujourd’hui autour des propos du pape François, les extraits proposés permettent de comprendre que ces propos s’inscrivent fidèlement dans la doctrine sociale de l’Eglise. On pourrait objecter que le pape François met plus l’accent sur la dimension solidaire de la doctrine sociale de l’église, au détriment de l’affirmation du droit à la propriété et à l’épargne. Une telle objection ne tient pas : au contraire en condamnant les rigidités de notre société le pape nous appelle à revenir à l’initiative et à l’esprit d’entreprise qui restent la source des réussites solidaires. (…) Je voudrais proposer maintenant une « relecture » de l’encyclique de Léon XIII, et inviter à porter un regard « rétrospectif » sur son texte lui-même afin de redécouvrir la richesse des principes fondamentaux qui y sont formulés pour la solution de la question ouvrière. …

Lire la suite »